Alain de Benoist : « Sur les tombes de soldats, il est écrit qu’ils sont morts pour la France, pas pour la République ! »

Ce n’est pas nouveau, mais en effet, ça s’accélère. Si l’on récite ce mantra, c’est qu’on ne veut pas utiliser un autre mot : la France, tout simplement. Et l’on ne veut pas l’utiliser parce que l’on veut suggérer que la France a commencé avec la République, de telle façon qu’il suffirait de parler de la seconde pour s’abstenir de faire allusion à la première. C’est évidemment ridicule : si la France a commencé avec la proclamation des Droits de l’homme, quelle était donc la nationalité de Corneille et de Pascal ? Sur les tombes de soldats, il est écrit qu’ils sont morts pour la France, pas pour la République. Pour m’exprimer, comme l’a dit Charlotte d’Ornellas, je n’utilise pas la langue républicaine mais la langue française !

Lire la suite

Y’a plus de vision ma bonne dame : sur Inter, le général de Villiers claironne ses poncifs

Voici donc le général 5 étoiles habillé pour l’hiver et je suis ravi de constater qu’enfin, je ne suis plus le seul à faire le triste constat que le Général en retraite de Villiers c’est l’art de ne rien dire mais en encaissant les royalties. Soupirs! //RO « La vieillesse est un naufrage« , soit, mais 64 ans, c’est un peu tôt pour radoter.

Général ou pas, il en faudra un peu plus pour mettre des étoiles dans les yeux des Français. Invité de France Inter ce mercredi 11 novembre, Pierre de Villiers, ancien chef d’état-major des armées et auteur d’un troisième livre – L’équilibre est un courage, Réparer la France – aux allures de programme politique, aligne les poncifs avec la même facilité que les régiments.

Lire la suite

L’ennemi islamiste : au Mali ou chez nous ?

« La peur va changer de camp », a déclaré le Président Macron d’un ton martial, à la suite de l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine.

Pour Gérald Darmanin, le terrorisme islamiste est « notre ennemi de l’intérieur». La guerre à l’intérieur de nos frontières est donc, enfin, officiellement déclarée ?

Le ministre des Armées, quant à lui, n’a pas surenchéri car, depuis sept ans, au Mali – en particulier -, la France traque l’ennemi extérieur avec 5.500 hommes déployés sur le terrain et dans les airs.

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :