Lettre ouverte au ministre de l’Europe et des Affaires étrangères. Par Simon Abkarian

Monsieur le Ministre Le Drian.

Je voulais vous écrire la semaine dernière mais je savais votre emploi du temps chargé. Juste avant la fin des combats qui faisaient rage en Artsakh, n’étiez vous pas affairé à envoyer une aide médicale à l’Azerbaïdjan toute abandonnée qu‘elle était ? Ce fut de votre part un acte de compassion sincère, je n’en doute pas, un geste d’une clairvoyance politique indiscutable, j’en suis sûr. Comme vous, je reste neutre et en aucun cas ne vous jugerai quand à votre besoin impérieux de tendre la main au dictateur multimillionnaire de Bakou. Avant hier après la déroute des forces arméniennes qui se sont battues seules contre les armées turques et azerbaïdjanaise et autres mercenaires djihadistes syriens, vous vous êtes empressé  de proposer une aide, mais cette fois aux milliers de refugiés Artsakhiotes qui sont contraints de quitter leur patrie millénaire. Cette aide post mortem arrive bien tard monsieur le ministre et je ne vous en suis pas reconnaissant. La reconnaissance ; plutôt que votre humanisme humanitaire, vous auriez dû la donner au peuple d’Artsakh lorsqu’il fallait le faire, ou du moins en défendre l’idée.

Lire la suite

« Ce projet d’élimination de l’âme arménienne que j’ai vu au Haut-Karabakh »

« Paix honteuse s’il en est, véritable accord du Munich arménien, ce traité a été extorqué au gouvernement d’Erevan alors même que tout a été fait pour le mettre dans une situation qui ne lui laissait pas d’autre choix. »

Présent en Arménie depuis trois jours, j’ai pu me rendre compte de la réalité d’une guerre dans laquelle Azéris, Turcs et Djihadistes sont mobilisés afin de prendre possession du Haut-Karabakh. Si je dis prendre possession c’est bien parce que le but de cette agression n’est autre que l’élimination de l’âme arménienne dans le Haut-Karabakh. Il ne s’agit en rien pour Bakou d’établir une souveraineté en se basant sur les frontières de 1921 décidées par Staline, frontières qui sont mortes avec l’URSS et la première guerre du Haut-Karabakh ; ce dont il s’agit aujourd’hui en réalité c’est de savoir si les 150 000 Arméniens qui vivent depuis un quart de siècle dans la République Artsakh sont condamnés à disparaître et à errer, si les lieux de vie et d’identité arménienne, ses églises et ses monastères, son site historique de Tigranakert sont voués à être rayés de la carte…

Lire la suite

Haut-Karabagh : un conflit faussement gelé

Par Romain Dewaele, le 04 avril 2016 Globale Diplomatie     Samedi des combats meurtriers ont éclaté entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan dans la région du Haut-Karabagh avec un bilan de trente morts. Tanks, hélicoptères, artillerie lourde, drones, guerre d’information…Le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan qui couvait depuis 1994 a repris ces derniers jours (« d’une ampleur inédite » pour … Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :