Je n’ose plus manger de quenelles, d’ananas ni de bananes

Ce matin, je juge que le bonnet est justifié. Fin novembre, Paris, 6°C avec vent frais : le moment d’assumer le ridicule. Et voilà qu’en farfouillant dans un bac à vêtements du XIIIe arrondissement, je ne trouve que des machins rouges. Rouges pétants. Comme ceux des Bretons. Impossible de te balader avec ça sur la tête sans passer … Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :