Urvoas ministre de la Justice, ou l’épilogue d’une déchéance des libertés

, le 27 janvier 2016

Numérama

Le loup est désormais dans la bergerie, et la dangereuse glissade de la France vers la violation des libertés au nom de la sécurité n’est sans doute pas prête de s’inverser. //GC

 

En nommant Jean-Jacques Urvoas au ministère de la Justice, François Hollande confie la Chancellerie à un homme qui n’a eu de cesse d’accompagner et de soutenir la dérive sécuritaire, au détriment des droits et libertés.

Rire, ou pleurer ? On avait du mal à le croire, lorsque l’annonce s’est affichée sur nos écrans. Après la démission surprise de Christiane Taubira du ministère de la Justice, qui aurait dû intervenir beaucoup plus tôt, le président de la République a choisi de nommer Jean-Jacques Urvoas garde des sceaux.

Or le député socialiste, qui lorgnait plutôt le ministère de l’Intérieur, est un homme de la police, des services de renseignement, qui s’est fait le bras parlementaire armé des réformes sécuritaires depuis plusieurs années.

Au moment où l’État s’enlise dans un état d’urgence dont on ne sait comment sortir, la nomination de Jean-Jacques Urvoas au poste de ministère de la Justice scelle la mise sous tutelle de la place Vendôme au profit de la place Beauvau. En cette période de guerre qui ne cache plus son nom, qui justifie que la France demande des dérogations aux droits de l’homme, la Justice doit être étouffée et Jean-Jacques Urvoas est l’homme qui n’hésitera pas à user de son bâillon.

Lire la suite

Taubira, les moines de Tibhirine, le logement social… et l’Algérie !

Mohsen Abdelmoumen, le 11 janvier 2016 Algérie Résistance Un exemple, à travers ce très long article, de ce que d’aucuns pensent de la France en Algérie. //RO     Fin décembre, la ministre française de la Justice, Christiane Taubira, a visité l’Algérie où elle s’est permis d’ouvrir à nouveau la plaie de la décennie rouge … Lire la suite

Sécurité : l’inquiétante dérive vers la surveillance de masse

Par Sylvain Rolland  |  04/12/2015 La Tribune Pourquoi faut-il que les journalistes mettent toujours des points d’interrogation partout. Point n’est besoin de questionner, de nous questionner. C’est vous les journalistes. Donc, si vous en aviez (oui, nous pensons la même chose), vous écririez « Un pas de plus vers la surveillance généralisée sous couvert de lutte … Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :