Et maintenant, la réécriture des pièces de Molière !

En 1920, quand Paul Valéry écrivit Le Cimetière marin, un de ses amis, officier dans l’armée, lui fit observer que ce poème, beau mais hermétique, risquait de ne pas rencontrer son public. Il envoya donc obligeamment au poète une version « corrigée » et « simplifiée », c’est-à-dire du niveau d’une rédaction de collège. Le brave homme ne pensait sans doute qu’à aller au plus simple.

Ce qui faisait sourire il y a cent ans est aujourd’hui la règle, semble-t-il. Après les livres de Martine, charcutés par leur éditeur, après Le Club des cinq, voici que la pensée contemporaine s’attaque à Molière. Dix auteur.e.ice.s, nous apprend le site Sceneweb, vont participer à la réécriture de cinq pièces de Molière (Les Précieuses ridiculesLe Médecin volantL’Impromptu de VersaillesLe Mariage forcé et La Critique de L’École des femmes) afin de les rendre plus accessibles. La langue, en particulier, va être adaptée à notre temps, car elle est désormais, jugent les auteurs, « un peu périmée ».

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :