Minute cynique… par Pierre Duriot

Le 11 juillet 2019 – Le Colonel 3.0

© Pierre Duriot

Minute cynique… Jonathan Turley, professeur de droit à l’Université George Washington, a récemment lancé un vibrant avertissement aux amoureux de la liberté d’expression. Pour lui, la France dirigée par Emmanuel Macron représente une menace mondiale.

Lire la suite

Michel Onfray : « La théorie du genre prépare le transhumain, objectif final du capitalisme »

Le 16/05/2019 | Par Samuel Pruvot et Hugues Lefèvre – Famille Chrétienne

© Pierre Duriot

L’essayiste et philosophe Michel Onfray sort un livre* dans lequel il dresse une théorie de la dictature en s’appuyant sur l’œuvre de George Orwell. Il y affirme que nous sommes entrés dans un nouveau type de société totalitaire qui détruit la liberté, abolit la vérité ou bien nie la nature.

Est-ce que vous n’exagérez pas en soutenant que la France de 2019 ressemble à la société de 1984 d’Orwell ? 

Non, pas du tout… Et je crois même qu’en douter prouve d’ailleurs bien que nous y sommes !

La dictature a un long passé. Elle tient son nom de Rome où l’on donnait à un homme les pleins pouvoirs afin de résoudre un problème, pleins pouvoirs qu’il rendait d’ailleurs sans coup férir une fois la mission accomplie. La dictature a quitté l’orbe occidental avec l’empereur de Mongolie Gengis Khan au XIIe-XIIIe siècle ou avec Tamerlan, l’émir de Transoxiane au siècle suivant. Elle  revient en Europe avec Savonarole au XVe siècle, puis avec Cromwell, Calvin, Robespierre et son Comité de salut public, etc.

Or, la plupart du temps, on pense la dictature en regard des fascismes bruns ou rouge de Hitler, Lénine, Staline, Mao, Pol-Pot. Notre incapacité à envisager la chose à partir des longues durées nous contraint désormais à ne plus savoir penser la question de la dictature en dehors de notre passé le plus récent. Or, Hitler et Staline ne sont pas la mesure éternelle et hors histoire de la dictature.

Lire la suite

Sanctuariser le progrès

Par Jacques Attali, publié le 20/06/2016 L’Express Rien de moins qu’une bonne dictature.  Pour paraphraser Robespierre : le peuple doit se taire parce qu’il faut que le progrès vive. Ou, pour paraphraser Saint-Just : pas de liberté pour les ennemis du progrès.     Le référendum britannique, quel qu’en soit le résultat, constitue un tournant … Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :