Cérémonie anonyme pour agents secrets morts en mission

Didier Lauras – Agence France-Presse – Le 17 janvier 2022

Le chef du gouvernement s’est déplacé pour témoigner de la reconnaissance de la Nation aux agents de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), « tombés dans la dignité silencieuse de l’anonymat », selon les termes d’un document officiel, en présence d’une poignée de ses agents, dûment masqués pour ne pas sortir de l’ombre, ainsi que d’anciens hauts responsables de l’administration.  

Quelques dizaines de membres de familles d’espions tombés pour la France ont ensuite déposé chacun une rose blanche devant la flamme du soldat inconnu, alors que le prénom ou pseudonyme (impubliables) de leur proche disparu était appelé au micro par deux jeunes membres du service, un civil et une militaire.

Lire la suite

Depuis 2011, le fiasco de l’interventionnisme français en Libye

By Maxime Chaix • On  • In Articles d’actualité

Aujourd’hui, il est clair que le maréchal Haftar est en grande difficulté face aux forces pro-turques en Libye, au grand dam d’Emmanuel Macron. Visant à renverser le gouvernement Sarraj, l’offensive d’Haftar cible des autorités certes reconnues par les Nations Unies, mais proches des Frères Musulmans eux-mêmes appuyés par le Qatar et la Turquie. Ainsi, depuis début 2015, la DGSE a clandestinement soutenu Haftar, dont les forces reculent face à l’offensive turque lancée en début d’année. En clair, nos services spéciaux combattent les réseaux djihadistes que la présidence Sarkozy leur avait demandé de soutenir en 2011 pour renverser Kadhafi. Chronique du lent naufrage de l’interventionnisme français en Libye.

Lire la suite

Services secrets: La part d’ombre de la République – Special Investigation

09 décembre 2015

Un reportage toujours disponible sur la chaine YouTube. À voir ou à revoir. //RO


Comment les services secrets sont-ils mis à contribution pour appuyer l’action de l’Etat ? Les missions des agents : collecte d’information, recrutement dans les pays sensibles, opérations de déstabilisation. Au nom de l’intérêt supérieur de la nation, tous les coups sont-ils permis ? En France, c’est la Direction générale des services extérieurs – la fameuse DGSE – qui est chargée de ces missions. Dans les années 90, la DGSE aurait recruté en ex-Yougoslavie un chef de guerre dont elle aurait financé les activités. Or, le Parlement européen lui impute de nombreux crimes de guerre. En 1988, une militante anti-apartheid a été assassinée en plein Paris. Plusieurs mercenaires français ont été mis en cause mais l’affaire n’a jamais été élucidée. Une enquête sur les jeux troubles des services secrets français. Réalisé par Pascal Henry Montage de Sylvain Oizan-Chapon Special Investigation, Canal + Production : TAC PRESSE

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :