Depuis 2011, le fiasco de l’interventionnisme français en Libye

By Maxime Chaix • On  • In Articles d’actualité

Aujourd’hui, il est clair que le maréchal Haftar est en grande difficulté face aux forces pro-turques en Libye, au grand dam d’Emmanuel Macron. Visant à renverser le gouvernement Sarraj, l’offensive d’Haftar cible des autorités certes reconnues par les Nations Unies, mais proches des Frères Musulmans eux-mêmes appuyés par le Qatar et la Turquie. Ainsi, depuis début 2015, la DGSE a clandestinement soutenu Haftar, dont les forces reculent face à l’offensive turque lancée en début d’année. En clair, nos services spéciaux combattent les réseaux djihadistes que la présidence Sarkozy leur avait demandé de soutenir en 2011 pour renverser Kadhafi. Chronique du lent naufrage de l’interventionnisme français en Libye.

Lire la suite

Services secrets: La part d’ombre de la République – Special Investigation

09 décembre 2015

Un reportage toujours disponible sur la chaine YouTube. À voir ou à revoir. //RO


Comment les services secrets sont-ils mis à contribution pour appuyer l’action de l’Etat ? Les missions des agents : collecte d’information, recrutement dans les pays sensibles, opérations de déstabilisation. Au nom de l’intérêt supérieur de la nation, tous les coups sont-ils permis ? En France, c’est la Direction générale des services extérieurs – la fameuse DGSE – qui est chargée de ces missions. Dans les années 90, la DGSE aurait recruté en ex-Yougoslavie un chef de guerre dont elle aurait financé les activités. Or, le Parlement européen lui impute de nombreux crimes de guerre. En 1988, une militante anti-apartheid a été assassinée en plein Paris. Plusieurs mercenaires français ont été mis en cause mais l’affaire n’a jamais été élucidée. Une enquête sur les jeux troubles des services secrets français. Réalisé par Pascal Henry Montage de Sylvain Oizan-Chapon Special Investigation, Canal + Production : TAC PRESSE

Lire la suite

Pour renforcer la cybersécurité en France, les services de renseignements misent sur les jeunes

Ouest-France avec AFP – Publié le 21/05/2020

La crise du Covid-19 accélère la dépendance de la planète toute entière au numérique. Et pour y faire face, les services de renseignement extérieurs français misent sur les geeks, explique à l’AFP leur directeur technique.

On a besoin de gens très connectés aux nouvelles technologies, donc des jeunes. Il faut qu’on en fasse rentrer à la DGSE, c’est vital, a estimé Patrick Pailloux dans un entretien par téléphone. La cybersécurité, c’est l’alpha et l’oméga de la sécurité du monde dans lequel on vit. Si on n’est pas capable de sécuriser nos systèmes, toute autre sécurité ne sert plus à rien.

Mais la logique et les maths ne sont pas forcément le premier des fantasmes lorsqu’on pense à l’espionnage. Les jeunes ont James Bond et les forces spéciales dans la tête, constate-t-il. Ils se disent : « je ne suis pas un Rambo, je suis un geek » et cela ne leur vient pas à l’esprit de venir à la DGSE. Mais il n’y a pas que des surhommes survitaminés. Si on est survitaminé en sciences, on peut aussi servir son pays.

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :