Michel Barnier: l’Elysée vaut bien un «Frexit»

La véritable question est : pourquoi se tirer ainsi une balle dans le pied, sauf à vouloir saborder volontairement sa candidature… pour céder sa place, sans avoir l’air de la céder, à un autre impétrant à l’Élysée ? //RO

Michel Barnier démontre qu’il est bel et bien un homme sans conviction, mû seulement par son insatiable appétit de pouvoir. Celui qui fut deux fois commissaire européen, ministre des Affaires étrangères chargé de mener la bataille désespérée du Traité constitutionnel européen ou encore négociateur du Brexit, celui qui proclamait sans cesse son indéfectible foi européenne, se découvre souverainiste, à l’occasion de son retour sur la scène politique hexagonale où il ambitionne d’obtenir l’investiture LR pour la présidentielle, au point de caresser l’idée d’un «Frexit» qui ne dit pas son nom.

Jeudi, un tweet du compte officiel des Républicains cite un extrait du discours que l’ex-Monsieur Brexit a prononcé lors de la rentrée des députés LR : «Il faut retrouver notre souveraineté juridique pour ne plus être soumis aux arrêts de la CJUE (Cour de justice de l’Union européenne) ou de la CEDH (Cour européenne des droits de l’Homme). Nous proposerons un référendum au mois de septembre sur la question de l’immigration.» En clair, il remet en cause, tout comme les ultraconservateurs polonais ou la cour constitutionnelle allemande, la supériorité du droit européen sur les droits nationaux. Il faudra six heures au candidat à la candidature, et une avalanche de réactions indignées pour préciser que la citation était maladroite : «Restons calmes ! Pour éviter toute polémique inutile et comme je l’ai toujours dit très précisément, ma proposition de ‘‘bouclier constitutionnel’’ ne s’appliquera qu’à la politique migratoire.» Le tweet d’origine a même été effacé.

Lire la suite

Cher Éric Zemmour, zappez votre tentative élyséenne !

Lorsque l’on regarde, ébahi, les dizaines d’impétrants à l’Élysée en 2022, on a l’impression d’être à la « foire du trone ». Et pas n’importe quel trone. Horrible. À droite comme à gauche et au centre (toujours mou), la fosse est pleine. Et la candidature de Zemmour que l’on cherche à nous vendre à tout prix me fait penser, toutes proportions intellectuelles gardées, à celle de Coluche. Un pantin désarticulé fait son one man show. Après le nain de jardin bien déglingué et le « baiseur-en-scooter-ventripotent-mais-qui-plait-aux-dames », après « le freluquet » comme certains l’appellent, un autre freluquet apeuré de 63 ans. Alors oui! Il n’y a personne pour déboulonner l’actuel chef de l’État et certains ténors de la politique professionnelle jettent l’éponge. Preuve s’il en est que Emmanuel Macron est, à ce jour, le mieux placé. Que ça plaise ou pas, c’est mon constat. Alors nous savons ce qu’on perd et on ne sait pas ce que l’on retrouvera en 2022. Moralité et conclusion… il vaut mieux tenir que courir. Et dans l’hypothèse d’un second tour Macron/Zemmour, je pose la question : Le « tout sauf Macron » est-il tenable ? Je tiens ma réponse. Et vous ? //RO

Grand bruit médiatique autour de la probable candidature de Zemmour aux présidentielles. Sondages à l’appui et demande de parrainage avant-même la décision publique !

Pour revenir à Zemmour, il me semble, comme à certains, que l’analyse politique pertinente, la profonde culture et les convictions ancrées ne suffisent pas à faire un chef. Je m’en suis ouvert plusieurs fois dans ces colonnes.

Lire la suite

Laurent Wauquiez : « Je ne suis pas candidat à la prochaine élection présidentielle »

Je ne suis pas candidat à la prochaine élection présidentielle. Cette décision, j’ai souhaité me donner le temps de la mûrir, me poser avec ma famille et prendre un moment de recul.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :