De l’impérieuse nécessité de créer des salles de désintoxication aux réseaux sociaux

Ce texte sans prétention porte principalement sur Facebook (FB) et plus accessoirement sur Twitter (TW) que j’appellerai pour les besoins de cette étude « des produits » car, au regard des chiffres que je vais citer infra, ce sont en effet des produits de consommation et même de très grande consommation. Concernant les utilisateurs de ces réseaux sociaux (RS) ils prendront donc l’appellation, logique, de « consommateurs ».

Lire la suite