La ministre des Armées sanctionne durement un capitaine de gendarmerie qui dénonce la délinquance

Par valeursactuelles.com / Vendredi 5 mars 2021 à 14:00

« L’objectif pour Hervé Moreau : quitter les drapeaux et s’engager en politique pour se présenter en juin 2022 aux élections législatives à Beaune (Côte-d’Or) ». Ceci étant dit, le règlement c’est le règlement et on l’épouse en embrassant le métier des armes. Autrement dit, « se soumettre ou se démettre » ou encore, à l’instar des ministres, « on ferme sa gueule ou on démissionne ». //RO

Puni pour avoir dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. Récemment, le capitaine de gendarmerie Hervé Moreau a publié un livre pour dénoncer l’explosion de la délinquance et les manquements de la justice. Baptisé « vérités d’un capitaine de gendarmerie« , ce brûlot édité à compte d’auteur s’est déjà vendu à 5 000 exemplaires, sans aucun diffuseur, rapporte Le Figaro, qui dresse le portrait de l’officier. Pour être sorti de son devoir de réserve, Hervé Moreau savait qu’il allait écoper d’une sanction. Mais il ne s’attendait pas à une telle sévérité, comme il le confie au quotidien.

Lire la suite

VIDEO. Covid-19 : Florence Parly reconnaît avoir affirmé à tort que des militaires rapatriant les Français de Wuhan avaient été testés

Ces militaires de la base de Creil (Oise) avaient fait l’objet d’un suivi médical, en février, mais pas d’un test, la politique à l’époque étant de ne tester que les personnes symptomatiques, a expliqué la ministre des Armées.

Coronavirus: des erreurs d’appréciation et un excès de confiance à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle

Défense Globale – Le 11 mai 2020 – La Voix Du Nord

Lisant entre les lignes de ce rapport succinct de l’audition de Florence Parly dans les conditions indiquées dans cet article, j’ai l’intime conviction que le sort du Pacha est d’ores et déjà réglé. //RO

Devant la commission de la Défense et des Forces armées de l’Assemblée nationale, la ministre des Armées, Florence Parly, a fait, ce lundi, le récit détaillé du parcours du COVID-19 à bord du Charles-de-Gaulle. L’enquête épidémiologique relève l’identification des premiers cas après l’arrêt logistique à Limassol à Chypre du 21 au 26 février. L’escale suivante à Brest, du 13 au 16 mars au contact des familles, fut « l’occasion de la réintroduction du virus et un facteur d’accélération de la propagation ».

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :