VIDEO. Covid-19 : Florence Parly reconnaît avoir affirmé à tort que des militaires rapatriant les Français de Wuhan avaient été testés

Ces militaires de la base de Creil (Oise) avaient fait l’objet d’un suivi médical, en février, mais pas d’un test, la politique à l’époque étant de ne tester que les personnes symptomatiques, a expliqué la ministre des Armées.

Coronavirus: des erreurs d’appréciation et un excès de confiance à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle

Défense Globale – Le 11 mai 2020 – La Voix Du Nord

Lisant entre les lignes de ce rapport succinct de l’audition de Florence Parly dans les conditions indiquées dans cet article, j’ai l’intime conviction que le sort du Pacha est d’ores et déjà réglé. //RO

Devant la commission de la Défense et des Forces armées de l’Assemblée nationale, la ministre des Armées, Florence Parly, a fait, ce lundi, le récit détaillé du parcours du COVID-19 à bord du Charles-de-Gaulle. L’enquête épidémiologique relève l’identification des premiers cas après l’arrêt logistique à Limassol à Chypre du 21 au 26 février. L’escale suivante à Brest, du 13 au 16 mars au contact des familles, fut « l’occasion de la réintroduction du virus et un facteur d’accélération de la propagation ».

Lire la suite

Des armes françaises sont bien utilisées au Yémen, selon une note « Confidentiel Défense »

Cellule investigation de Radio France – Benoît Collombat – Le 15 avril 2019

L’enquête de Disclose est publiée sur le site Made in France. Disclose est un média d’investigation à but non lucratif dont la cellule investigation de Radio France est partenaire.

© Pierre Duriot

« Je n’ai pas connaissance du fait que des armes [françaises] soient utilisées directement au Yémen », affirmait la ministre des Armées, Florence Parly le 20 janvier 2019, sur France Inter. Et pourtant : elles sont présentes sur terre, sur mer et dans les airs, si l’on en croit un rapport de 15 pages classé « confidentiel Défense » de la Direction du renseignement militaire (DRM), daté du 25 septembre 2018, révélé par Disclose en partenariat avec la cellule investigation de Radio France.

Ce document précise que des armes françaises vendues à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, sont bien utilisées dans la guerre que mènent les deux pays au Yémen, contre les rebelles houthis, une minorité chiite soutenue par l’Iran.

Chars Leclerc, obus flèche, Mirage 2000-9, radar Cobra, blindés Aravis, hélicoptères Cougar et Dauphin, frégates de classe Makkah, corvette lance-missiles de classe Baynunah ou canons Caesar : dans cette note, le renseignement militaire français établit une liste détaillée de l’armement fourni aux Saoudiens et aux Émiriens qui serait impliqué dans le conflit.

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :