«L’armée doit se préparer à une guerre future», prévient le général Lecointre

En cause ? Le monde multipolaire, avec des acteurs plus agressifs, alors que l’hégémonie occidentale est en retrait. « Les confrontations avec des acteurs régionaux – Turquie, Iran, Russie – vont être de plus en plus dures et de plus en plus fortes. Elles se rapprochent de nous. La France ne peut imaginer qu’elle va rester à l’écart comme dans une bulle protégée », précise le général Lecointre. Et d’ajouter : « Nous sommes une armée d’emploi qui doit aussi se préparer à une guerre future qui n’est pas celle d’aujourd’hui. »

Lire la suite

Le général Lecointre quitte ses fonctions de chef d’état-major des Armées

Ne nous laissons pas bercer par les propos élogieux du PR à l’endroit du CEMA. Ce sont des mots convenus que l’on tient lors d’un éloge funèbre car, c’est bien connu, un mort devient toujours le champion des superlatifs. Alors, bien entendu, Lecointre n’est pas mort mais « partir c’est mourir un peu ». //RO

Le général François Lecointre a demandé à quitter son poste de chef d’état-major des armées il y a quelques mois. Son vœu a été entendu par l’Élysée. Il cédera sa place après le 14 juillet prochain. Le général Thierry Burkhard, qui est l’actuel chef d’état-major de l’armée de terre, le remplacera, a annoncé dimanche l’Élysée. « Le président de la République tient à saluer en lui le grand soldat, le chef militaire et le serviteur de l’État », indique le communiqué.

Lire la suite

“Tu devras un jour en répondre devant Dieu” : ancien aumônier des parachutistes, le père Richard Kalka admoneste le chef d’État-Major des armées

La colère des militaires ne semblent pas s’engager sur la voie de l’apaisement.  » Je ne veux voir qu’un képi  » c’est donc fini ? //RO

Au chef d’état-major des armées

Mon Général, nous nous sommes croisés la dernière fois en juin 2019, au colloque consacré au 25ème anniversaire de l’opération Turquoise. Je ne suis pas très connu dans l’armée française, mais l’armée de terre me connaît, surtout les parachutistes. La plupart des soldats savent qui je suis : celui qui, depuis 1985, les a accompagnés sur tous les théâtres d’opération. Je dis bien « tous », jusqu’à l’Afghanistan, la dernière mission de mon parcours. J’ai toujours répondu « présent » pour être en tant que prêtre, ami et frère d’armes dans n’importe quelles conditions à côté de ceux qui avaient besoin de moi. Dans « la boue, la sueur et la bagarre », comme ils disaient. Et ils étaient nombreux, très nombreux. Il suffit de leur poser la question ; encore faut-il pouvoir le faire, car pour les questionner il faut être près d’eux, à leur côté. Ce qui n’est plus ton cas depuis fort longtemps, même si tu peux t’encenser d’un fait d’armes à Sarajevo, grâce au courage des soldats-marsouins de ta section.

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :