Nous partageons avec vous cette information (vérifiée), qui fait *grand bruit* au sein de la Famille des anciens de la Légion Étrangère

Monsieur Didier LALLEMENT, préfet de police de Paris, se verra remettre la distinction de légionnaire de 1ère classe d’honneur par le Général Denis MISTRAL, commandant la Légion étrangère, à l’occasion d’une cérémonie qui se tiendra au Groupement de Recrutement de la Légion étrangère (GRLE) au Fort de Nogent, demain mercredi 3 juin à 17 heures.

Un ancien sous-préfet, chargé du maintien de l’ordre : «désormais, j’ai peur de la police»

Alors qu’Éric Ciotti et d’autres députés LR ont déposé cette semaine un projet de loi interdisant la diffusion d’images de policiers, le parquet de Rennes a annoncé le 28 mai l’ouverture de deux nouvelles informations judiciaires dans l’enquête sur l’opération policière controversée qui a conduit à la mort de Steve Maia Caniço, le 21 juin … Lire la suite

Toulouse. Le MEDEF demande l’interdiction de la manif des Gilets jaunes, le préfet s’exécute

Gabriella ManouchkiRafif Moussa – Le 15 mai 2020 – Révolution Permanente

On pourrait être effectivement d’accord sur le fond mais… En temps de guerre -et nous sommes bien en guerre selon notre président et chef suprême des Armées, Monsieur Emmanuel Macron- on ne signe pas d’armistice. Sauf si la guerre est terminée. Et là, la guerre n’est pas terminée il me semble. Pour illustrer mon propos, surtout à l’attention des personnes volontairement contrariantes, voici la définition du mot « armistice » glanée sur Wikipedia :

Un armistice est une convention signée par plusieurs gouvernements mettant fin à des hostilités entre armées en temps de guerre. C’est le jour qui marque officiellement la fin d’un conflit ; il est souvent considéré comme une fête nationale pour les pays sortis vainqueurs d’un conflit armé.

Wikipedia

Cette décision fait suite au courrier commun adressé au préfet le 12 mai et signé par le Medef 31, la CCI, la Chambre des métiers et d’artisanat de Haute-Garonne, et la Confédération des petites et moyennes entreprises de Haute-Garonne (CPME 31) pour réclamer l’interdiction de la manifestation prévue ce samedi et les suivantes, comme le rapporte La Dépêche. Une telle interdiction est justifiée par les signataires du texte par la nécessité pour les commerces du centre-ville touchés par la crise de profiter du premier week-end post-confinement pour ouvrir boutique sans « revivre des manifestations à répétition entraînant violences, dégradations et diminution de la fréquentation. »

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :