DIDIER LALLEMENT : MÉPRIS DES GENS, MÉPRIS DES LOIS.

19 NOVEMBRE 2019 – RÉGIS DE CASTELNAU

Didier Lallement est le digne représentant du pouvoir en place et l’archétype du mépris et du méprisable. Jusqu’à la nausée. Décidément, Emmanuel Macron sait où les trouver ses bras armés. Un jour peut-être, sa tête roulera dans le panier de la guillotine. C’est tout ce que mérite ce préfet zélé.

Un garde chiourme sans état d’âme

L’aveu du préfet de police de Paris Didier Lallement filmé le 16 novembre a un énorme mérite, révéler la vérité d’un moment politique dans tous ses aspects. Répondant à une dame pacifique lui disant être gilet jaune, il ne va pas hésiter, lui le haut fonctionnaire qui devrait observer une neutralité républicaine, à proférer cette phrase de guerre civile : « nous ne sommes pas dans le même camp Madame ». Le tout en déployant une démarche chaloupée dont il doit penser qu’elle pose son homme, alors qu’elle est encore plus ridicule que celle d’Aldo Maccione qui lui avait le mérite de vouloir nous faire rire. Didier Lallement n’est pas là pour nous faire rire, il est là pour réprimer, pour intimider, et empêcher l’usage de la liberté constitutionnelle de manifestation. À ceux qu’Emmanuel Macron lui a désignés comme ennemis : « la foule haineuse ». Une petite visite sur YouTube permet de trouver un florilège de ses différentes interventions où alternent, déclarations martiales, coups de menton et rodomontades. Le préfet de police de Paris dont le prédécesseur débarqué avait été jugé trop respectueux des libertés publiques, y fait preuve d’une certaine franchise : il est là pour cogner. Rejoignant ainsi la cohorte d’aventuriers politiques ou d’aventuriers tout court qui entourent Macron et qui proviennent quasi-systématiquement du PS. Castaner, Ferrand, Belloubet, Le Drian, Griveaux, Benalla, Taché, Kholer, Emelien, Strzoda, Ndiaye, Guillaume, etc… etc… sont maintenant flanqués d’un garde-chiourme sans état d’âme.

Lire la suite

16 NOVEMBRE 2019. Message aux barbares : la République est incassable !

Gilbert ROBINETSecrétaire général de l’ASAF – Le 18 novembre 2019

Le 1er décembre 2018,vingt jours après avoir vu commémorer sous ses voûtes, en présence de 80 chefs d’état ou de gouvernement étrangers, le centenaire de la victoire de 1918 au prix de plus de 1 400 000 morts et 4 670 000 blessés, l’Arc de Triomphe, monument sacré car il  n’est autre que l’écrin grandiose du tombeau du Soldat inconnu, était violé, saccagé, défiguré en même temps que la République était bafouée.

Le 16 novembre 2019, à l’occasion de la commémoration du premier anniversaire de la descente dans la rue de ceux qui portaient alors des gilets jaunes mais qui, ce jour-là, étaient plutôt revêtus de noir, c’est le monument consacré à la mémoire du maréchal Juin et à ses frères d’armes de la campagne d’Italie au cours de la Seconde Guerre mondiale qui, place d’Italie à Paris, a été vandalisé et pratiquement détruit.

Dans les deux cas, les casseurs ont été filmés longuement et avec complaisance lors de l’exécution de leurs méfaits sans, d’ailleurs, qu’aucune voix parmi les journalistes ne s’élève pour tenter de les  stopper au cours des séquences diffusées.

Lire la suite

Gilet jaune blessé à Bordeaux : une reconstitution du Monde.fr confirme le tir de LBD en pleine tête

Par Maïté Koda – Publié le 17/10/2019 – Le Monde

Le 12 janvier, Olivier Beziade, 47 ans s’écroule dans la rue, face contre sol, rue de la Maison Daurade à Bordeaux. Quelques secondes plus tôt, les gendarmes avaient chargé des Gilets jaunes qui manifestaient entre la rue Sainte-Catherine et la place de la Comédie. Grièvement blessé à la tête, victime d’une hémorragie cérébrale, Olivier Beziade est plongé dans un coma artificiel pendant plusieurs jours. 

Analyse de centaines d’images

Que s’est-il passé ? Comment ce pompier volontaire de Bazas, père de trois enfants et venu manifester avec sa femme a pu se retrouver entre la vie et la mort en l’espace de quelques secondes ? 
Une reconstitution en vidéo du Monde.fr retrace le déroulé des quelques minutes précédant sa chute au sol. Un travail d’enquête minutieux, s’appuyant sur des dizaines de témoignages et des centaines d’images, qui modélise en 3D le parcours des manifestants. 

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :