Vente de Rafale à la Grèce: le pied de nez de Macron à Erdogan?

Le début d’une course aux armements? La Grèce va commander dix-huit Rafale. Une première en Europe, sur fond de tensions entre Athènes et Ankara en Méditerranée orientale. Pour le général de brigade (2 s) Jean-Bernard Pinatel, c’est à l’aune d’une relation industrielle et diplomatique d’un demi-siècle qu’il faut appréhender ce contrat d’armement.

Tensions navales en Méditerranée orientale

Posté le vendredi 28 août 2020

Nicolas BAROTTE 
Le Figaro – 28 août 2020 – Rediffusé sur le site de l’ASAF : www.asafrance.fr

Côté français, il faudra compter une frégate, un hélicoptère, trois avions Rafale ; pour l’Italie, une frégate ; pour Chypre, un patrouilleur ; pour la Grèce, une frégate et des moyens héliportés. L’exercice militaire conjoint des quatre armées a commencé jeudi et se déroulera ce vendredi en mer Méditerranée orientale, au sud de Chypre, là où la Turquie veut étendre son influence. Les quatre pays européens ont choisi d’opérer une démonstration de force. Ils se déploient non loin des navires turcs qui sillonnent la zone pour accompagner leurs bateaux d’exploration gazière, comme l’Oruç Reis, bâtiment sismique dont la mission, prévue jusqu’au 27 août, a été étendue, hier, jusqu’au 1er septembre. Récemment, il était entouré de neuf navires militaires, indique-t-on au ministère des ­Armées, comme une nouvelle preuve d’agressivité. La Grèce dénonce cette présence dans une zone maritime qu’elle revendique.

La politique turque du fait accompli et de prédation des ressources du sous-sol a provoqué la colère d’Athènes et l’inquiétude des Européens. Le risque d’escalade est proche entre les deux pays voisins et hostiles. En ayant choisi clairement son camp, la France met en garde la Turquie. « Notre message est simple : priorité au dialogue, à la coopération et à la diplomatie pour que la Méditerranée orientale soit un espace de stabilité et de respect du droit international », a commenté sobrement jeudi la ministre française des ­Armées, Florence Parly. « Elle ne doit pas être un terrain de jeu des ambitions de certains ; c’est un bien commun », a-t-elle insisté sur Twitter.

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :