Avec sa loi de sécurité nationale, Pékin a atteint son objectif : faire régner la peur à Hongkong… et au-delà

Par Frédéric Lemaître – Publié le 03 juillet 2020 – Le Monde

Peu importent les critiques internationales, Pékin peut être satisfait. Rédigée dans le plus grand secret, la loi sur la sécurité nationale entrée en vigueur à Hongkong au moment même où elle était rendue publique – mardi 30 juin, à 23 heures – produit le principal effet escompté : les Hongkongais ont peur. Nathan Law, une des principales figures de l’opposition, a fait savoir qu’il était réfugié à l’étranger. Joshua Wong, prend bien soin depuis le 30 juin, d’apparaître comme « ancien » secrétaire général de Demosisto, ce groupuscule indépendantiste dissous quelques heures avant l’entrée en application de la loi.

Cette peur s’explique : la première personne arrêtée, mercredi 1er juillet n’avait fait que se tenir debout, bras croisés, une banderole appelant à l’indépendance de cette région administrative spéciale, posée à ses pieds. Plus tard, on apprendra que porter en public un autocollant noir sur lequel apparaît le mot « conscience » ou « Free HK » suffit pour être arrêté pour « incitation à la subversion ». Certes, contrairement à Deng Xiaoping en 1989 place Tiananmen, Xi Jinping n’a pas envoyé les chars à Hongkong. Mais son objectif est le même : terroriser tout ce qui peut ressembler à une contestation du pouvoir du Parti communiste chinois.

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :