Billet de (très) mauvaise humeur

Par Régis Ollivier, le 04 juin 2016 Le Colonel 2.0       Ce matin, je voulais commettre un billet de (très) mauvaise humeur, mais eu égard à mon état d’esprit,    j’ai préféré m’abstenir…      Photo de Une : philosophiquement-parlan.skyrock.com      

Le burn out Français et nos résignations

Par Le Clairon.tv, le 11 février 2016

 

 

J’ai lu ce billet comme si je l’avais écrit moi-même. Car je me trouve exactement dans cet état d’esprit. C’est un niveau d’exaspération rarement atteint chez moi. Proche du burn-out. Je remercie vivement mon ami Paul Steiger de l’avoir partager sur son mur et que je partage à mon tour avec vous. //RO

J’ai atteint un tel niveau d’exaspération politique que j’ai l’impression d’être au bord du burn out. Chaque jour je prends directement dans le ventre la honteuse réalité. Je vis dans un pays malade de partout, avec à sa tête des petits français, élus par la magie de tous nos renoncements, assis sur leurs privilèges, vidant les caisses à tour de rôle et à tours de bras sous nos yeux ébahis, se moquant allègrement de nos conversations et de nos avis, s’octroyant des primes, des salaires, des taux, des toits et des avantages généreux, inventant des lois scélérates sous la panique, chantant la Marseillaise au Congrès de Versailles, la larme à l’oeil entre deux mises en examen, désertant leur poste à l’Assemblée, démissionnant de leurs ministères pour retrouver leur mairie, profitant de leur poste, les yeux dans les yeux, pour placer l’oseille au frais, écrivant des livres de promesses malodorantes, courant de plateaux en plateaux pour déverser leurs éléments de langage, vidant le langage de tous ses éléments, bafouant la vérité au profit du profit, mentant le mardi pour se repentir le jeudi et se représenter le dimanche, la gueule enfarinée, rasant gratis et sans état d’âme, bénis par leurs camarades de promotion, coudes à coudes, soudés, calés dans les dorures, au son de la trompette républicaine lustrée par notre impôt massif et note dette souveraine.

J’ai la nausée, elle est là et elle ne me quitte plus, elle s’intensifie.

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :