Les dents de la mer

Un texte de Jacques Attali. On aime ou on déteste Attali. Néanmoins j’ai trouvé ce billet intéressant nonobstant le fait qu’il soit écrit par cet homme. Alors quoi ? Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas. Et ils disent quoi les impétrants à la magistrature suprême ?

Parfois, des dangers s’annoncent longtemps à l’avance ; on a le temps de s’y préparer  et de les éviter si on est sérieux. Trop souvent pourtant, même si les signes avant-coureurs se font de plus en plus présents, et convaincus que le problème s’arrangera tout seul, on ne fait rien et on ne prend aucune précaution sérieuse pour éviter les catastrophes. 

Lire la suite

Manger, c’est parler

Par Jacques Attali – Le 11 février 2021

Partout dans le monde, et en France en particulier, la gestion de la pandémie est frappée d’incohérences. Non seulement parce que les modes de gestion sont très différents d’un pays à l’autre, mais aussi dans les pratiques à l’intérieur de chaque pays : comment justifier que les théâtres et les cinémas soient fermés quand les métros et les trains roulent ? Comment expliquer que les universités soient fermées quand les classes préparatoires et les grandes écoles sont ouvertes ? Comment admettre qu’on ferme les magasins à l’heure où la plupart des gens sortent du travail et peuvent faire leurs courses ? Comment comprendre qu’on ne puisse (sans pour autant ouvrir les vestiaires) pratiquer les sports dans lesquels les joueurs sont lointains, comme le tennis, le pingpong, ou tant de sports de plein air ? Il faudra expliquer un jour tout cela.

Lire la suite

Où en serons-nous après le 8ème reconfinement ?

Par Jacques Attali – Le 28 janvier 2021

Sachez apprécier sans modération. //RO

Personne n’ose vraiment penser à cette hypothèse, parce qu’on a le plus grand mal à admettre que cette pandémie est vraiment durable. Chacun préfère penser que ce cauchemar absurde finira bientôt ; soit naturellement, parce que toute pandémie antérieure a toujours fini par s’éloigner ; soit encore parce que les vaccins réussiront vite à la vaincre ; soit enfin parce que des traitements réussiront bientôt à rendre cette maladie bénigne, et sans conséquence à long terme. Soit enfin parce qu’on aura trouvé la cause ultime qui la rend grave, et qu’on aura réussi à s’y attaquer.

Seulement : voilà, rien n’est moins sûr. Et si on veut affronter vraiment l’avenir, dans toutes ses dimensions, il faut se préparer aussi au cas où cette pandémie est là pour très longtemps, en évaluer toutes les conséquences, et chercher à les écarter.

Dans cette hypothèse, trois stratégies sont possibles :

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :