Urvoas ministre de la Justice, ou l’épilogue d’une déchéance des libertés

, le 27 janvier 2016

Numérama

Le loup est désormais dans la bergerie, et la dangereuse glissade de la France vers la violation des libertés au nom de la sécurité n’est sans doute pas prête de s’inverser. //GC

 

En nommant Jean-Jacques Urvoas au ministère de la Justice, François Hollande confie la Chancellerie à un homme qui n’a eu de cesse d’accompagner et de soutenir la dérive sécuritaire, au détriment des droits et libertés.

Rire, ou pleurer ? On avait du mal à le croire, lorsque l’annonce s’est affichée sur nos écrans. Après la démission surprise de Christiane Taubira du ministère de la Justice, qui aurait dû intervenir beaucoup plus tôt, le président de la République a choisi de nommer Jean-Jacques Urvoas garde des sceaux.

Or le député socialiste, qui lorgnait plutôt le ministère de l’Intérieur, est un homme de la police, des services de renseignement, qui s’est fait le bras parlementaire armé des réformes sécuritaires depuis plusieurs années.

Au moment où l’État s’enlise dans un état d’urgence dont on ne sait comment sortir, la nomination de Jean-Jacques Urvoas au poste de ministère de la Justice scelle la mise sous tutelle de la place Vendôme au profit de la place Beauvau. En cette période de guerre qui ne cache plus son nom, qui justifie que la France demande des dérogations aux droits de l’homme, la Justice doit être étouffée et Jean-Jacques Urvoas est l’homme qui n’hésitera pas à user de son bâillon.

Lire la suite

Qui pour succéder à Le Drian ?

Par Romain Dewaele, le 29 octobre 2015 Globale Diplomatie.com À ce stade, cela reste des supputations, mais pour certains noms cités, ça fait peur! //RO     Désormais candidat aux élections régionales de décembre prochain en Bretagne pour permettre au Parti Socialiste de garder au moins une région, Jean-Yves Le Drian, règle du non-cumul des … Lire la suite

Manuel Valls a-t-il bloqué des écoutes sur le « clan » Kouachi ?

Par Jean Guisnel publié le 14/01/2015 Le Point Une mise au point nécessaire car il est trop facile de jeter l’anathème sur les responsables des services de renseignement français. //RO       EXCLUSIF. Avant le 7 janvier, des interceptions antiterroristes demandées par la DGSE et la DGSI auraient été bloquées. Explications. Depuis plusieurs semaines, l’affaire … Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :