Urvoas ministre de la Justice, ou l’épilogue d’une déchéance des libertés

, le 27 janvier 2016

Numérama

Le loup est désormais dans la bergerie, et la dangereuse glissade de la France vers la violation des libertés au nom de la sécurité n’est sans doute pas prête de s’inverser. //GC

 

En nommant Jean-Jacques Urvoas au ministère de la Justice, François Hollande confie la Chancellerie à un homme qui n’a eu de cesse d’accompagner et de soutenir la dérive sécuritaire, au détriment des droits et libertés.

Rire, ou pleurer ? On avait du mal à le croire, lorsque l’annonce s’est affichée sur nos écrans. Après la démission surprise de Christiane Taubira du ministère de la Justice, qui aurait dû intervenir beaucoup plus tôt, le président de la République a choisi de nommer Jean-Jacques Urvoas garde des sceaux.

Or le député socialiste, qui lorgnait plutôt le ministère de l’Intérieur, est un homme de la police, des services de renseignement, qui s’est fait le bras parlementaire armé des réformes sécuritaires depuis plusieurs années.

Au moment où l’État s’enlise dans un état d’urgence dont on ne sait comment sortir, la nomination de Jean-Jacques Urvoas au poste de ministère de la Justice scelle la mise sous tutelle de la place Vendôme au profit de la place Beauvau. En cette période de guerre qui ne cache plus son nom, qui justifie que la France demande des dérogations aux droits de l’homme, la Justice doit être étouffée et Jean-Jacques Urvoas est l’homme qui n’hésitera pas à user de son bâillon.

Lire la suite

Valls : « La France a désormais un cadre sécurisé contre le terrorisme »

By Mickael – Fondateur de News360x – nov 15, 2015     Vendredi 13 novembre, c’était la journée de la gentillesse. Cependant, ce soir-là, à Paris, ce qui devait arriver arriva : certains ont rangé les Bisounours et sorti les kalachnikovs. À la différence notoire du 7 janvier dernier, qui avait plongé le pays dans la … Lire la suite

Les élites se mobilisent contre le méchant chiffrement des téléphones

Par H16,  le 17 août 2015 HASHTABLE   « Bref, messieurs nos dirigeants, vous savez tout, ou à peu près, de nous. Vous pouvez nous arrêter sur n’importe quel motif arbitraire, nous espionner sur tous les canaux que vous choisissez ou à peu près, et surtout nous faire taire, par la force, si vous le jugez … Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :