Lettre ouverte aux journalistes de France et d’ailleurs

Auteur(s): Frédéric Vidal pour FranceSoir – Le 24 décembre 2020

Je m’adresse à vous tous journalistes des médias de masse de France et d’ailleurs, mais surtout à celles et ceux d’entre vous qui se sentent très mal à l’aise dans leur métier depuis quelques mois. Je sais que vous êtes nombreux à vous reconnaître ainsi.

Vous êtes aujourd’hui en dissonance, comme le sont de nombreux agents de ce que l’on appelle aujourd’hui les « forces de l’ordre » et qu’on appelait il n’y a pas si longtemps les « gardiens de la paix ». Tout comme eux vous avez doucement glissé ces dernières années vers des valeurs contraires à ce qui vous animait et vit encore en vous. Vous avez lentement dérivé du statut de journaliste à celui de propagandiste, de l’information à la désinformation, par dissimulation, mais aussi par le mensonge brut.

Cette année 2020, la pente s’est accrue et tout s’est précipité. Le plan annoncé par les lanceurs d’alerte depuis des années, ceux-là-même que vous appeliez complotistes, est lancé et vous entraîne à une vitesse vertigineuse, bousculant rudement vos ultimes inhibitions s’il en reste. Vous voilà aujourd’hui acteurs d’un sinistre canular, pris dans une spirale folle parce que ces dernières années vous avez progressivement accepté l’inacceptable au regard de votre déontologie professionnelle piétinée.

Lire la suite

Dans le monde d’après, un Noir n’est pas noir !

« Oui, c’est un événement historique, et même physique et cosmogonique, qui a eu lieu, ce mardi 8 décembre 2020, à Paris. » Et le monde d’après c’est aujourd’hui… //RO

C’est un événement historique que nous venons de vivre en direct à la télévision, mardi dernier, aussitôt répercuté par tous les médias ; c’est, aussi important que celui d’Archimède ou de Pythagore dans l’histoire de l’humanité, un nouveau théorème qui a été établi ; c’est une loi physique et chromatique dont on a soudain découvert l’obsolescence : un Noir n’est pas un Noir !

Le PSG affrontait l’équipe d’Istanbul et, soudain, à la suite d’une friction un peu trop vive entre deux joueurs, l’un des assistants entraîneurs du club turc, camerounais et noir de son état, manifeste sur la touche une excitation un peu trop vive ; le quatrième arbitre le signale à l’arbitre central, et comme il est le seul Noir dans le groupe et qu’il ne le connaît pas, il le désigne par le terme de « Noir ».

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :