Reculade

« Je me marre » comme dirait le très célèbre Pierre Duriot

Ils vont donc réécrire l’article 24. Ils ? La majorité. Christophe Castaner, président des députés LREM, flanqué des présidents des groupes MoDem et Agir, l’a annoncé lundi après-midi. Une « nouvelle écriture complète », a-t-il déclaré. Carrément. C’est reconnaître en creux que la rédaction de cet article était mauvaise ou, tout du moins, posait problème. C’est donc un échec pour la majorité. Une reculade. Et en sus, l’annonce est faite par Christophe Castaner qui fut le ministre de l’Intérieur que l’on sait.

Lire la suite

Vu de l’étranger. France : l’inquiétante loi sur la “sécurité globale”

Une loi scélérate soutenue bec et ongle par l’opposition, ravie de voir cette loi votée par la majorité du moment. En ce qui me concerne, je continue de dénoncer cette PPL plus qu’inquiétante. Je m’en suis longuement expliqué. Mais encore une fois, ce n’est pas vraiment moi qui en ferai les frais. //RO

Le législateur français est-il en train de trop muscler son arsenal sécuritaire ? La presse étrangère se pose la question en regardant la nouvelle loi sur la “sécurité globale”. Le texte sera examiné à l’Assemblée nationale à partir du 17 novembre. Mais il a déclenché une vive controverse bien avant.

La raison : l’article 24 de la proposition de loi instaure un nouveau délit de diffusion d’images des forces de l’ordre en intervention avec intention de leur nuire. Concrètement, il prévoit de punir d’un an de prison et de 45 000 euros d’amende le fait de diffuser “l’image du visage ou tout autre élément d’identification” d’un policier ou d’un gendarme en intervention, dans le but de porter atteinte à son “intégrité physique ou psychique”. Sera-t-il alors dorénavant impossible de filmer des policiers, par exemple dans des manifestations ?

Lire la suite

Totalitarisme en marche et mise des institutions parlementaires à l’arrêt

De Paul Barillon, docteur en droit, pour le Salon beige:

Extrait : L’exécutif En Marche, sous le chantage affectif de la défense de la survie des plus faibles contre un virus échappé de l’on ne sait quel laboratoire, entend asservir toute une population pour lui imposer son diktat de l’homme augmenté fantasmant sur l’immortalité. Olivier Véran et sa clique d’infectiologues prônent, en réalité, le rejet de notre fragilité de créature par déni de la mort et par volonté de devenir les juges de notre salut. Pour ce faire, ils créent de nouveaux péchés capitaux : non port du masque, interdiction d’assister à la messe, interdiction de se retrouver en famille pour secourir les membres les plus âgés et fragiles de celle-ci.

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :