Je me marre… par Pierre Duriot

Le 29 mai 2020

Je me marre… après les caillassages, pétards, incendies, mercredi, à Noisy-le-Sec, une cinquantaine de personnes s’est attaquée à la police municipale, venue veiller à l’application de la loi sur les rassemblements.

Lire la suite

Des gendarmes et des policiers tapant sur des pompiers… Je suis outré par ces images !

Par Floris de Bonneville – Le 16 octobre 2019 – Boulevard Voltaire

Le fait que des gendarmes aient été associés à cette répression me donne la nausée. //RO

Je suis outré par les images que je viens de voir. Des gendarmes et des policiers tapant à matraque raccourcie sur des pompiers. Des canons à eau les arrosant comme de vulgaires manifestants (j’allais écrire comme de vulgaires gilets jaunes !). Des LBD visant ces hommes courageux qui ont choisi de consacrer leur vie à sauver celle des autres. Mon sang devient violet de rage !

Quand la République ose porter la main, et hélas pas seulement la main, sur de tels hommes venus réclamer un peu de compassion et de compensation financière, cette République-là n’est plus la nôtre, n’est plus la mienne.

Comme a dit l’un des manifestants blessé par deux fois au cours d’interventions à risque : “nous sommes pas là pour déstabiliser notre gouvernement, mais seulement pour montrer que nous existons. Notre droit de manifester est constitutionnel”

Lire la suite

Lettre ouverte aux forces de l’ordre encore dignes de leurs fonctions: réagissez!

© Pierre Duriot

Si je m’adresse à vous, forces de l’ordre, ce n’est pas pour vous faire la leçon, mais pour vous dire à quel point les politiques policières menées depuis quelques temps vous desservent. Pour que cessent les souffrances et les violences engendrées par une politique inhumaine, de caste, j’en appelle à votre sens de l’honneur. Ne laissez pas un métier honorable devenir pitoyable.

Si je m’adresse à vous dans cette lettre ouverte, ce n’est pas pour vous donner des leçons, mais pour vous dire à quel point les politiques policières menées depuis quelques temps vous desservent.

La population des petites gens, des gens de rien, méprisée par le pouvoir, avait du respect pour vous et croyait en votre devoir de protection.

Ce n’est plus le cas. Les violences, les bavures policières, les mensonges, les manipulations se retournent contre vous et ce que vous devriez représenter.

Nombre de vos camarades épuisé.e.s choisissent le suicide pour échapper à l’inacceptable. Le «travail» qu’on vous demande d’exécuter est intolérable et inadmissible pour moi et aussi à beaucoup d’autres ! J’ai beaucoup de peine. 

Mon grand-père était policier, il m’a appris le respect de la police qui nous protège. 

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :