Opération SIRLI

Dimanche 21 novembre 2021

Disclose a obtenu des centaines de documents « confidentiel-défense » qui dévoilent les dérives d’une opération militaire secrète de la France en Egypte. Révélations sur la complicité de l’Etat dans des bombardements contre des civils.

Une source a transmis à Disclose plusieurs centaines de documents classés « confidentiel-défense ». Des notes issues des services de l’Elysée, du ministère des armées et de la direction du renseignement militaire (DRM) qui révèlent les dérives de cette mission de renseignement débutée en février 2016, au nom de la lutte antiterroriste. Une fuite inédite de documents qui démontrent comment cette coopération dissimulée au public a été détournée par l’Etat égyptien au profit d’une campagne d’exécutions arbitraires. Des crimes d’Etat dont François Hollande et Emmanuel Macron ont été constamment informés. Sans jamais en tirer les conséquences. 

Lire la suite

Le général [2S] Gomart remet sur la table l’idée de fondre le Service action de la DGSE au sein des forces spéciales

Publié le 28 septembre 2020

En France, on distingue les opérations clandestines, jamais revendiquées, et les opérations discrètes, qui, souvent, ne le sont que du bout des lèvres. Les premières relèvent du Service Action [SA] de la Direction générale de la sécurité extérieure [DGSE] tandis que les secondes sont confiées au Commandement des Opérations Spéciales [COS], lequel est placé sous les ordres du chef d’état-major des armées [CEMA] et sous l’autorité directe du président de la République française.

Lire la suite

Coronavirus : « Les services de renseignement doivent aider à anticiper les crises à venir »

Lundi 18 mai 2020 à 17:27 –  Par Mikaël RoparzFrance Bleu

Les services de renseignement mondiaux n’ont pas échoué à voir venir le coronavirus mais ils ont été ignorés par les gouvernements. Il faut dire que ça n’est pas leur mission principale. Mais avec la pandémie liée au Covid-19, il faut repenser leur implication sur les enjeux sanitaires. Paul Charon en est convaincu. Il est responsable du programme  » Renseignement et Anticipation » à l’IRSEM, l’Institut de recherche stratégiques de l’école militaire.  

Son service vient de réaliser une note de synthèse dans laquelle il préconise que les services de renseignement interviennent dans la gestion des crises sanitaires, en amont, pendant et après la crise.  « On sait que les chinois ont caché la gravité de l’épidémie, si on avait eu des sources capables de nous informer de ce qui se passait réellement on aurait pu réagir plus vite » précise ce directeur adjoint à l’IRSEM passé par les services de renseignement. 

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :