Syrie: Les sanctions de l’Occident sont l’autre visage du terrorisme.

Et si on s’occupait enfin des vrais terroristes. Et si l’on arrêtait d’affamer le peuple syrien ? Ce mercredi 17 juin, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a annoncé que les États-Unis imposaient 39 nouvelles sanctions à des personnalités et… Syrie: Les sanctions de l’Occident sont l’autre visage du terrorisme.

Sans bruit, Daech ressurgit

Par Armin Arefi – Modifié le 28/05/2020 – Publié le 27/05/2020 | Le Point.fr

« Le risque de dispersion des détenus, dont certains souhaitent rentrer clandestinement en France, est aujourd’hui devenu une réalité », souligne Jean-Charles Brisard.

Il y a une semaine à peine, le Centre d’analyse du terrorisme (CAT) révélait que 13 femmes djihadistes de nationalité française s’étaient évadées des camps d’al-Hol et d’Aïn Hissa, parmi lesquelles Hayat Boumeddienne, la femme d’Amedy Coulibaly, l’auteur de la prise d’otages de l’Hyper Cacher de Paris, en janvier 2015, qui avait fait cinq morts (trois clients, un employé, le terroriste). « Treize femmes, soit 10 % des djihadistes françaises, qui n’ont en rien renoncé à leur idéologie se retrouvent aujourd’hui dans la nature », souligne auprès du Point Jean-Charles Brisard, le président du CAT, qui dénombre au total 120 Françaises détenues en Syrie. « Ces évadées ne bénéficient pas de réseaux organisés d’exfiltration, mais individuels et familiaux, ajoute-t-il. Elles bénéficient du fait que les autorités kurdes se montrent incapables d’assurer la sécurité de ces camps, qui sont en réalité des enceintes à ciel ouvert où les prisonniers ne font qu’attendre. »

Lire la suite

Syrie : la France va protéger ses forces spéciales engagées aux côtés des Kurdes

Par Reuters  |  14/10/2019 – La Tribune

L’Élysée a annoncé vouloir prendre des mesures pour protéger les centaines de membres des forces spéciales françaises qui opèrent dans la région en collaboration étroite avec les milices kurdes, lesquels sont la cible de l’offensive lancée mercredi dernier par la Turquie. Des travailleurs humanitaires français sont aussi présents dans la zone. Par ailleurs, la présidence française s’inquiète des multiples risques liés aux évasions de djihadistes français.

La France va prendre « dans les prochaines heures » des mesures pour garantir la sécurité des personnels français militaires et civils présents dans le nord-est de la Syrie, où l’armée turque a intensifié son offensive, a déclaré l’Élysée à l’issue d’un conseil restreint de défense organisé dimanche soir.

Cette annonce survient quelques heures après que les États-Unis, dont la France est l’un des principaux alliés dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie et Irak, ont annoncé le retrait de 1.000 soldats supplémentaires du nord-est syrien.

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :