Menaces d’Al-Qaïda envers la France : « Les mouvements djihadistes profitent des dernières attaques »

La France menacée. Dans un communiqué diffusé lundi 2 novembre, le groupe terroriste Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) a appelé à « tuer celui qui insulte le prophète » estimant qu’il s’agit du « droit de chaque musulman capable de l’appliquer ». Le mouvement djihadiste menace également le président Macron, en écrivant :  « On n’oubliera pas vos agissements atroces ». Analyse de cette menace, de sa crédibilité et de la situation de la France avec Wassim Nasr journaliste et spécialiste des mouvements djihadistes, auteur d’État islamique, le fait accompli.

Lire la suite

Pourquoi il faut lire « Une minute 49 secondes », de Riss

31.10.20 By Elodie Jauneau

On peut dire que j’ai le sens du timing dans mes lectures… Sorti il y a un peu plus d’un an, Une minute quarante-neuf secondes est tombé entre mes mains il y a quelques semaines seulement. En plein procès des attentats de janvier 2015. Quelques semaines avant l’attentat raté contre les anciens locaux de Charlie Hebdo, la décapitation de Samuel Paty et l’égorgement de 3 fidèles en la Basilique Notre Dame de Nice. En l’an de grâce deux mille vingt, jour 2 du reconfinement, alors que je n’avais pas été capable de lire une seule ligne d’une seule page d’un seul bouquin pendant le confinement du printemps, je viens d’achever la lecture d’Une minute quarante-neuf secondes, de Riss, le directeur de Charlie Hebdo. Quand je lis un livre, je corne les pages. Non pas pour les marquer à défaut d’avoir un marque-page digne de ce nom, mais pour y revenir. Après. Plus tard. Parce que j’ai trouvé tel ou tel passage puissant, émouvant ou drôle. Je crois que ce livre est celui que j’ai le plus corné.

Lire la suite

Il se prénomme Vincent; mort ce matin à Nice, dans son église

Il s’agit d’un extrait que j’ai choisi. Mais je vous invite vivement à lire l’intégralité du texte dans lequel l’auteur évoque le rôle prééminent de la Police Municipale. //RO

J’écris d’habitude des phrases moins courtes, moins sèches.

C’est qu’il est plus simple de parler des gens que l’on ne connait pas que de ceux que l’on a connu, même de loin.

C’est une véritable peine, que j’ai partagée au téléphone avec son ancien curé.

J’ai lu et entendu tant de commentaires depuis ce matin, et j’ai même aidé quelques un, quelques unes, à en émettre. Je n’en garde qu’un, celui d’une amie arrivée sur place qui m’a dit: « je revis 2016 ». Fin de citation.

Didier Codani et Mediapart blogs

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :