La minute cynique de Pierre Duriot

Régis Ollivier, le 17 mai 2017 Le Colonel © Fonds privé @TJL   Minute cynique…. alors comme ça, M. Edouard Philippe serait un personnage de la droite « modérée » ? Voilà que la communication macronienne parle de son premier Ministre comme s’il était susceptible de se radicaliser. M. Philippe aurait surtout les mains très sales, ou … Lire la suite

Opinion: Les Frères musulmans ont infiltré tous les partis politiques français

Par Christine Tasin, le 26 novembre 2015 FM Monitor Article ancien mais tellement actuel. C’est du Christine Tasin. Tout le monde n’apprécie pas Christine, mais elle ne raconte pas que stupidités. Pour preuve. Ceci corrobore ce que nous avons pu voir récemment sur M6. //RO   Chapitre 1, Amar Lasfar et le Parti socialiste Ils sont … Lire la suite

Il ne faut pas confondre « tentacule » et « en…. ta tante »!

Par Régis Ollivier, le 17 septembre 2016


 

 

C’est pourtant une fois encore ce qui vient de se passer je cite : « avec le rapport d’information n° 757, session extraordinaire de 2015-2016, enregistré à la présidence du Sénat le 5 juillet 2016 sur l’organisation, la place et le financement de l’islam en France et de ses lieux de culte – de même qu’avec la création, en 2005, du CFCM (Conseil français du culte musulman) -, il a été répondu à une fonction symbolique : « Assurer la visibilité du culte musulman au même titre que les autres cultes. »

Dans sa livraison d’hier, et sous la plume de , Boulevard Voltaire publie ce billet dont je vous recommande la lecture. C’est édifiant. De là à dire que l’État se soit fait mettre, il n’y a qu’un pas que je franchis allègrement. Je vous laisse juger par vous même. //RO


Extrait :

D’un coté, la république pour les Français non musulmans, et de l’autre, pour les Français musulmans les règles de la charia.

Il s’agissait, selon la formule reprise autant par M. Jean-Pierre Chevènement que M. Nicolas Sarkozy (en son temps),« d’asseoir l’islam à la table de la République ». Dans ce sens, les organisations voulant participer à sa création devaient accepter un texte rappelant les principes de la laïcité.

En introduction de ce rapport, on peut lire : « La situation nationale et internationale de ces derniers mois, de ces dernières années, a placé – bien malgré elle – la communauté musulmane vivant en France au cœur de débats et d’interrogations provoqués par l’amalgame trop fréquent entre l’islamisme radical et l’islam. »

On pouvait souscrire à ce distinguo, si toutefois les principes qui régissent la République avaient été respectés. Hélas, c’était sans compter sur les accommodements que s’arrogent les représentants du peuple avec les lois pourtant votées en son nom.

Mais quelle est donc la transaction qui a permis l’accord, l’acceptation et enfin la signature entre les représentants de l’islam, dit « non radical », et l’État ? Le constat est radicalement confondant !

En effet, le texte adopté a été accepté par les représentants de l’islam, dit « non radical », mais au prix d’un compromis sur son contenu. La mention du droit de « changer de religion » a été retirée à la demande de l’UOIF (page 87 du rapport d’information n° 757 du Sénat).

S’est-on jamais assis aussi volontiers sur le droit ?

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :