Téléphone portable et chambrée de six, obstacles au recrutement des jeunes dans l’armée

Par Jean-Dominique Merchet, le 11 avril 2016


Comme je ne veux pas passer pour un vieux con auprès des jeunes générations d’engagés, je m’abstiendrai de tout commentaire. Je reprends juste celui de mon camarade Jean-Louis que je cite : « ce qui était possible avec des appelés ne l’est pas avec des engagés. Alors pour nos gars, il faudrait réfléchir ». C’est certain. Il faudrait y réfléchir… //RO

Comme elle le fait tous les trois ans, l’armée de terre mène une nouvelle campagne de recrutement à base d’affiches, de spots télévisés et de sites internet, dont le coût atteint environ 2 millions d’euros. Centrée sur des profils individuels, la communication décline le thème « Votre volonté, notre fierté ». Objectif : 14 000 recrutements.

Comme chaque premier mardi du mois, l’ensemble des centres de recrutement de l’armée de terre accueille les nouveaux engagés et leurs familles pour une cérémonie de signature du contrat. Ce moment solennel devrait se reproduire 14 000 fois cette année. 14 000, c’est en effet le nombre de militaires du rang – les engagés volontaires de l’armée de terre, ou EVAT – qui devront être recrutés en 2016. Un chiffre en forte hausse, du fait de l’augmentation des effectifs décidée après les attentats. Ils n’étaient que 9 000 en 2014 – soit une hausse de plus de 50 % en deux ans.

La machine à recrutement tourne à plein régime. Aux EVAT, il faut ajouter les cadres, officiers et sous-officiers, les légionnaires, les sapeurs-pompiers de Paris et, bien sûr les aviateurs et les marins. Au total, environ 23 000 jeunes pousseront pour la première fois la porte d’une caserne cette année. C’est considérable. « Cette année, chaque recruteur doit ramener l’équivalent d’une section » de trente hommes, résume un officier.

Depuis la professionnalisation des armées en 1996 et le départ du dernier appelé en novembre 2001, seuls les volontaires servent sous les drapeaux. Alors que de nombreux pays, comme les États-Unis et la Grande-Bretagne, ont de très sérieuses difficultés de recrutement, la France fait figure d’exception depuis vingt ans. L’armée de terre a le choix de ses troupes : pour chaque poste offert, elle a deux candidats. Cette moyenne recouvre toutefois des situations très contrastées. S’il est difficile de trouver des techniciens en maintenance aéronautique, des cuisiniers ou des spécialistes des systèmes d’information et de communications (SIC), à cause de la forte demande dans le civil, il y avait cette année 150 bons dossiers pour 20 places afin d’intégrer Saint-Cyr à Bac +5.


 

Lire la suite sur http://www.lopinion.fr


 

Rejoignez 3017 fans sur notre page Facebook Le Colonel Actualités

 

 

 

1 réflexion au sujet de « Téléphone portable et chambrée de six, obstacles au recrutement des jeunes dans l’armée »

  1. Surtout réfléchir a cette jeunesse qui sort de l’institution, après trois ou cinq ans de service et qui part grossir les statistiques de Pole emploi,l’effort de l’institution pour un
    projet parallèle mené de pair avec le service pour une meilleure insertion lors du retour a la vie civile; la qualité des EVAT et leur bonne contribution au service sera d’autant meilleure sachant qu’un plan B de qualité est en place a la sortie de l’institution.

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :