Terres rares et technologie : la grande hypocrisie

Par Julie COHEN-HEURTON – Le 08 août 2019 – BFM BUSINESS

La grande utopie. //RO

© Pierre Duriot

De plus en plus de citoyens sont séduits par le fait de consommer mieux, qui plus est de manière responsable. Encore faut-il, pour parvenir à cette fin, ne plus utiliser ni ordinateur, ni téléphone portable, encore moins de voiture électrique…

Elles se nomment nickel, cobalt, cérium, europium, lithium ou encore cuivre… Elles ? Ce sont ces matières premières qui entrent dans la composition de produits électroniques, numériques et technologiques et que nous utilisons tous les jours. Batteries rechargeables pour véhicules électriques, écrans d’ordinateur, batteries en lithium pour téléphone portable, piles… Sans ces métaux, nos objets du quotidien ne seraient pas.

Le problème c’est que nos ambitions, si louables soient-elle, de jouer la carte d’une énergie « décarbonée » présentée comme « propre » et « responsable » se révèlent, en fin de compte, annihilées par l’utilisation massive de ces métaux dont l’extraction a des conséquences dévastatrices sur la planète. Une étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Caroline du Nord aux Etats-Unis montre ainsi que l’utilisation des nouvelles trottinettes électriques s’avère plus polluante que prendre le bus. La faute aux dégâts écologiques provoqués donc par l’extraction…

https://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/terres-rares-et-technologie-la-grande-hypocrisie-1744810.html

A lire également : https://www.atlantico.fr/decryptage/3577463/la-voiture-electrique-en-panne-de-batterie-n-a-plus-la-cote–le-prix-du-lithium-s-effondre-

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.