Tous aux abris : voici à quoi ressemblera le monde en 2022 selon le renseignement américain

Philippe Fabry, le 14 janvier 2017

Atlantico


Prospective inquiétante mais l’article vous offre un décryptage des prévisions de ce document du NIC. //RO


Montée en puissance des nationalismes, affirmation de la puissance indienne, ou bien encore accroissement de la menace terroriste : voici à quoi vous préparer au cours des cinq prochaines années selon un groupe d’analystes du NIC (National Intelligence Council).

Tous les quatre ans, un groupe d’analystes du NIC (National Intelligence Council) établit un rapport prévisionnel sur l’état du monde dans cinq ans. Pour chacune des grandes prévisions relevée dans ce document, nous avons demandé à Philippe Fabry de les juger possibles ou non. 

La fin de la domination américaine, et avec elle de l’ordre mondial tel que nous le connaissons depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Philippe Fabry : Il est certain que l’on a observé, sous l’ère Obama, un relatif repli de l’hégémonie américaine qui a laissé le champ libre à l’émergence ou la réémergence de puissances régionales, dont certaines ont des ambitions mondiales : la Russie, la Chine, l’Iran sont les plus antagoniques à la puissance américaine.

Cependant, un tel repli n’est pas inédit et rien ne permet d’affirmer qu’il sera définitif, au contraire.

 En effet, les Etats-Unis ont souffert durant la dernière décennie de deux traumatismes majeurs : d’une part un traumatisme psychologico-militaire, avec l’impasse de la politique américaine de « guerre contre la terreur » et de remodelage démocratique du Moyen Orient, en commençant par l’Irak, qui s’est soldée par un piteux retrait – lequel a gâché une victoire militaire authentique après le succès du surge – auquel a bien vite succédé le chaos terroriste islamiste; d’autre part un traumatisme économique, la crise de 2008 et ses conséquences. Tout ceci a provoqué une crise de conscience aux Etats-Unis, avec un doute important sur la légitimité et l’intérêt du pays à se projeter ainsi à travers le monde ; et aujourd’hui, hors des Etats-Unis, l’on se demande si le règne de l’Amérique ne touche pas à sa fin et s’il n’est pas temps d’envisager un monde « multipolaire » dans lequel il faudrait se repositionner, éventuellement en revoyant l’alliance américaine.

Mais à vrai dire, nous avons déjà connu la même chose il y a quarante ans : après la présidence de Nixon, dans les années 1970, le rêve américain semblait brisé par la guerre du Vietnam, qui avait coûté cher, économiquement et humainement, pour un résultat nul puisque le Sud-Vietnam fut envahi deux ans après le retrait américain et tout le pays bascula dans le communisme. La même année, en 1975, les accords d’Helsinki sont souvent considérés comme l’apogée de l’URSS et en 1979, l’Iran échappe à l’influence américaine. Nombreux à l’époque ont cru que c’en était fini de la puissance américaine et que les soviétiques, dont le stock d’armes nucléaires gonflait à grande vitesse, deviendraient le véritable hégémon mondial. En fait, la décennie s’achevait par l’élection de Ronald Reagan et America is back, et au cours des dix années suivantes, l’Union soviétique s’effondrait et l’Amérique triomphait.

Donc, s’il est certain que nous sommes actuellement dans une phase de repli de la puissance américaine, rien ne permet de dire qu’elle doit se prolonger. Au contraire, l’élection « surprise  » de Donald Trump, dont le slogan de campagne « Make America Great Again » était l’un des slogans de Reagan, m’apparaît comme un premier signe du retour du leadership américain, et je ne pense pas qu’il faudra attendre cinq ans pour le voir.

En revanche, il est certain que les puissances ennemies ou rivales des Etats-Unis, qui ont énormément profité du reflux américain, ont la volonté de l’exploiter plus avant, et que le retour d’une Amérique sûre d’elle-même ne sera pas pour leur plaire. Les réactions estomaquées qu’ont provoqué les premiers tweets de Donald Trump à propos de la Chine et de Taïwan ne sont qu’un aperçu de cette évolution.


Lire la suite sur http://www.atlantico.fr


Illustration par Atlantico. Source probable : Credit: COURTESY OF NATIONAL NUCLEAR SECURITY ADMINISTRATION

 

 


 

 

 

1 réflexion au sujet de « Tous aux abris : voici à quoi ressemblera le monde en 2022 selon le renseignement américain »

  1. Comme le titre le dit, « Tous aux abris ».
    Pour que les français ne prennent pas trop de coups, qu’ils se fassent construire des abris anti atomiques dans leur jardin, car les « méchants » n’hésiteront pas à utiliser ce moyen de conversion à leur philosophie conquérante.
    Pour que les français ne soient pas trop « pauvres » avant de partir « vitrifiés », il faudra qu’ils mettent leur génie à sortir la « voiture électrique du français moyen ». Et ainsi, ne plus financer la corde énergétique qui lie notre pays aux pays de l’or noir. Et que les « écolos » soient réduits au silence électoral insignifiant.
    Pour que le français puissent vivre et travailler au pays, il faudra qu’ils remettent les frontières achetées par les traités passés avec les institutions dirigistes mondialisées bruxelloises.
    Pour que le français puissent vivre en paix, il faudra qu’il prépare son équipement personnel guerrier. Et inscrive dans chaque constitution régionale un amendement comme celui des « américains » pour le port d’arme.

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :