Tous derrière et Lui devant…

Par Régis Ollivier le 11 janvier 2015

Le Colonel Attitude

 

 

bourriquet.fr
bourriquet.fr

 

Je le disais pas plus tard qu’hier soir : « le malheur des uns fait le bonheur des autres ». C’est en effet une journée historique pour François Hollande qui va voir tout un peuple, tout son peuple se lever d’un seul homme pour cette grande marche républicaine qui verra également la présence d’une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernement, Roi et Reine, Autorité palestinienne …. réunis autour de notre chef d’Etat, dont c’est incontestablement, aujourd’hui, le jour de gloire.

Barack Obama n’en sera car les rues de Paris sont moins sûres que les rues de Washington. Quant au Saint Père, il s’est excusé auprès de François Hollande car il ne pourra pas faire le déplacement. Il est en effet frappé de tourista aigüe. 

Le jour de gloire pour François Hollande est donc arrivé qui voit, pour un jour, pour deux jours voire trois… notre gentil Bourriquet transformé en Ourasi. Une bonne fée a donc entendu sa supplique d’être aimé, pour un jour, pour une nuit. Un drame national et un coup de baguette magique. Mais, qu’il prenne garde car, comme toujours, l’histoire repasse les plats et à minuit, le rêve prendra fin et Bourriquet il redeviendra.

Durant cette journée, François Hollande sera devant et les Françaises et les Français seront derrière lui, à l’unisson. Tous derrière et Lui devant. Qu’il avait donc du courage à aller s’exposer ainsi. Car, à l’instar de son prédécesseur, rien n’a été fait pour juguler l’envahissement de la France et, partant, son pourrissement par l’intérieur. Car désormais, point de loup solitaire! Ce sont des hordes entières qui hantent nos villes, nos cités et même notre campagne normande que j’adore tant.

Journée de liesse donc qui devrait bien se dérouler au regard du dispositif sécuritaire mis en oeuvre pour cette marche républicaine. Instant de répit. Instant de repos.

Restons unis dans ce tsunami de solidarité.

Ce n’est, hélas, qu’une trêve. Un cessez-le-feu. La cinquième colonne prépare de nouvelles actions d’éclat. La France a été informée. Nous le savons tous. Où, quand, comment? l’avenir nous le dira.

En attendant, souhaitons à Bourriquet de profiter pleinement de son heure de gloire dans les habits d’Ourasi. Et si, par hasard vous apercevez un âne perdu dans la foule en liesse, ce peut être un âne terroriste (ça existe mais je n’y crois pas trop), c’est plus certainement un chef d’Etat égaré dont le rêve s’est brisé plus tôt que prévu. On ne peut plus faire confiance aux fées. 

 

Le Colonel vous salue bien

 

Régis Ollivier

 

3 réflexions au sujet de “Tous derrière et Lui devant…”

  1. Avez-vous dénombré hier le « premier parti de France » rassemblant quelques centaines de manifestants à Beaucaire, en rameutant les départements voisins, tandis que plusieurs millions se rassemblaient contre la haine religieuse ?

    J’ai critiqué le dernier livre de Zemmour, non pas pour l’interdire, lui ou son livre, mais simplement pour regretter que sa nostalgie d’un passé heureusement révolu ne l’amène à remettre en cause quelques uns des fondements même de la République (qu’il est probable que ce lâche attentat entraînera aussi). Je suis en train de lire le dernier livre d’Houellebecq et j’ai aussi protesté contre l’interdiction « préventive » de Dieudonné, même dans ses dérives. Par contre, je m’oppose à la glorification de l’OAS, en particulier de ses assassins, par le maire qu’est devenu Robert Ménard.

    Charlot (Sir Charles Spencer Chaplin) a dû quitter les États-Unis par ostracisme vraisemblablement politique (sa vie privée, même critiquable, ne justifiant pas un recours judiciaire). Il aurait pu y avoir aussi beaucoup de Charlot, s’il avait été assassiné par les nombreux pro-nazis que comptaient avant-guerre les États-Unis, après son pamphlet du Dictateur.

    Même au sein de Charlie Hebdo, il y avait des désaccords, des conflits et des licenciements (voir l’affaire Siné/Val) sur le « jusqu’où aller trop loin ? » ou même d’un autre côté le cas de Stéphane Guillon à France-Inter . Faudrait-il interdire tout licenciement, que ce soit dans les médias ou dans les entreprises (où nombre de syndicalistes ont été évincés ou mis au placard) ?

    Permettez-moi de reprendre in extenso la réponse de Luz sur le site des inrocks (qui lui aussi est Charlie) :
    « Je n’étais pas à la manifestation spontanée du 7 janvier. Des gens ont chanté la Marseillaise. On parle de la mémoire de Charb, Tignous, Cabus, Honoré, Wolinski : ils auraient conchié ce genre d’attitude. Les gens s’expriment comme ils veulent mais il ne faut pas que la République ressemble à une pleureuse de la Corée du Nord. Ce serait dommage. »

    Hier et avant-hier il n’y a pas (ou peu) eu de pleurs, mais beaucoup de fraternité interreligieuse, une classe politique quasiment unanime (voir les députés de presque tous bords, côte à côte, le défilé de tous ces chefs d’état et la photo tendre de Merkel et d’Hollande), face à la haine extrémiste et tant pis s’il y avait d’autres extrémistes internationaux (nos « nationaux » s’excluant prudemment).

    Écoutez l’interview d’Elsa Wolinski sur France 2 qui précise ne pas réagir en politique mais avec son émotion, avant de conclure en évoquant l’agent d’entretien et le policier de protection : « Je voudrais qu’on ne vote pas Le Pen après. Sinon, ils seraient morts pour rien. Ils combattaient les extrêmes, c’est quand même ça ‘Charlie Hebdo’, ils combattaient les religieux, ils combattaient l’extrême droite. (…) Ne tombons pas dans une haine raciste. »

  2. NON, VOUS N’ÊTES PAS CHARLIE… VOUS ÊTES CHARLOT

    Maintenant que les cadavres ont refroidi, passons aux choses sérieuses. Le choc et le recueillement s’estompant, il est déjà temps – avant qu’il ne soit trop tard – de sortir les plumes des fourreaux, de dégainer les idées brûlantes, enfin, de battre le fer tant qu’il est chaud.

    Alors, comme ça, vous êtes Charlie ? Vous, la meute tirant à vue depuis des années sur tous ceux qui vous dérangent, vous vous émouvez maintenant que la mitraille retentit contre votre camp ?

    « Je suis Charlie », dites-vous d’une seule et même voix. « Je suis Charlie », annoncent les pancartes que vous brandissez dans les rédactions. « Je suis Charlie », scandent vos avatars et vos hashtags sur les réseaux sociaux. Et vous avez bien raison.

    Seulement…

    Vous êtes Charlie aujourd’hui, mais vous n’étiez pas Éric Zemmour hier, quand il s’est fait virer d’i>Télé pour raisons politiques. Pire encore : vous pétitionniez à tour de bras pour l’évincer du service public.

    Vous êtes Charlie, mais vous n’étiez pas…

    Lire la suite sur : http://www.bvoltaire.fr/altanaotovic/non-vous-netes-pas-charlie-vous-etes-charlot,150885

  3. En préambule, prière de ravaler ses larmes et renfoncer sa révolte et son indignation…

    En effet, qui ne voit que cette manifestation n’est qu’une grande manipulation méphistophélique du “génome” hollandiste, apatride et euro-atlantiste, destinée à gommer l’image cauchemardo-socialiste d’une espèce oligarco-rapacière —par la mise en scène unanimiste—, mais hélas parfaitement contrefaite et usurpée, d’on ne sait quel vol de colombes de la paix… mondialiste.

    D’autant que, cette fois, Pax América oblige, pour que l’équarrissage moral des consciences et l’illusion démocratique soient parfaits, les “Tafioles” internationalistes de tout poil n’ont pas lésiné, on l’a vu, sur les fumigènes médiatiques…!
    Vous avez dit récupération ?

    Luz, l’un des dessinateurs de Charlie Hedbo « rescapés » de l’attentat meurtrier qui a frappé sa rédaction mercredi s’exprime dans une interview au magazine « Les Inrocks ».

    En substance : « Je n’étais pas à la manifestation spontanée du 7 janvier. Des gens ont chanté la Marseillaise. On parle de la mémoire de Charb, Tignous, Cabu, Honoré, Wolinski : ils auraient conchié ce genre d’attitude ».
    Source : http://www.sudouest.fr/2015/01/10/pour-le-dessinateur-luz-ces-manifestations-sont-a-contre-sens-de-charlie-1792749-6092.php

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :