Je vous propose un extrait de ce que mes mémoires préfigureront comme style d’écriture et qui s’intituleront, à ce stade du projet, « Tranches de vie ». Je vous en dévoile ici l’introduction partielle. //RO

Vous dire que je suis de bonne humeur tous les jours serait vous mentir honteusement. Non! En fait la mauvaise humeur est la règle chez moi et la bonne humeur l’exception. D’ailleurs, dans le cadre de mes fonctions, j’avais demandé instamment que l’on ne me pose plus jamais la question « comment ça va ? » puisque ça n’allait jamais et qu’en plus, si j’avais une dose infinitésimale de bonne humeur, elle fichait le camp sur le champ. 
En réalité, c’est de naissance. Et pour ne rien vous cacher, ça a débuté le 8 septembre 1952 à la maternité de Cambrai dans le Nord de la France. Bienvenue chez les Ch’tis. A peine avais-je passé la tête à l’extérieur de mon cocon que j’étais de mauvaise humeur. Renfrogné et ridé comme un Sharpeï. J’anticipais déjà que ma vie allait être « une vie de merde ». 

Continue reading