Trois hommes, un coup fin et… des pleureuses

Régis Ollivier, le 21 novembre 2016

Le Colonel


 

Cette tribune sera consacré aux lendemains qui chantent pour certains et qui déchantent pour d’autres. Et il faut bien parler de la gauche qui était largement représentée dans ce vote.

Et pour commencer, usons d’un petit proverbe en introduction : « A tout seigneur tout honneur« 

Je ne suis pas un filloniste de la première heure, pas plus qu’un filloniste convaincu. Bien au contraire. J’ai même donné dans le Fillon Bashing. Voyant en François Fillon le Poulidor de la politique. Un mou. Un exécutant à la botte de son maitre, Nicolas Sarkozy, qui l’a humilié tout au long de son mandat à Matignon. Homme sans charisme et sans envergure, et bien d’autres qualificatifs encore, je ne l’imaginais pas un instant déboulonner son maitre. Et puis, hier, coup de théâtre, François Fillon l’a fait. Les électeurs l’ont littéralement plébiscité, loin devant Alain Juppé, vert de rage et plus loin encore devant Nicolas Sarkozy.

Que s’est-il passé en si peu de temps ? Je dois dire que le déclic pour moi a eu lieu à l’occasion d’une émission politique dont le nom m’échappe qui mettait en scène, dans leur stricte intimité, des ténors politiques de tous bords. Fillon m’est alors apparu comme le plus proche de la France des valeurs, notamment familiales. Un reportage fort et puissant. C’est à cet instant que j’ai commencé à cogiter et c’est aussi à ce moment là que j’ai posté une photo de François Fillon avec ce commentaire « s’il n’en reste qu’un il sera celui-là« . Je ne m’étais pas trompé. Ce n’est pas encore gagné pour lui car il lui reste à affronter son désormais outsider, le mauvais perdant Alain Juppé que l’on a pu voir dès hier crispé de la tête aux pieds.

Les électeurs ne s’y sont pas trompés, je me répète et, même s’il n’est pas le meilleur cheval, il est sans aucun doute « le moins pire ». D’ailleurs, y avait-il des meilleurs ? Je ne le crois pas.

Au cours de cette semaine d’entre deux tours, je soutiendrai François Fillon dans sa conquête du pouvoir et j’appellerai mes amis, mes contacts et toutes celles et ceux que mes réseaux comptent de soutiens à voter pour cet homme. A l’instar de Nicolas Sarkozy.

Le grand perdant de cette primaire reste bien entendu Nicolas Sarkozy qui est resté digne jusqu’au bout de la défaite. Et l’on peut s’interroger sur le pourquoi de cette cuisante défaite.

Et sur ce point, je suis catégorique en affirmant que l’impétrant a perdu à cause des réseaux sociaux. Nicolas Sarkozy par deux fois, s’est laissé abuser par ceux-ci et par toutes celles et ceux qui le soutenaient jusqu’à l’hystérie. Et surtout par celles qui constituaient le fer de lance de ses soutiens, celles que j’appelle ses groupies totalement hystérisées. La première fois en le faisant sortir de sa retraite politique, la seconde en accréditant la thèse qu’il était le plus beau, le plus grand (sic) et le plus fort et que tout était gagné d’avance. Si Nicolas Sarkozy a perdu, c’est en grande partie à cause de ces groupies du Net.

L’autre cause de la défaite de Nicolas Sarkozy est sans aucun doute le rejet massif de sa personne, comme en 2012. Nicolas Sarkozy n’a jamais été l’homme providentiel. Il s’est brulé les ailes.

Ajoutons à cela le vote de la gauche qui s’est rendu en nombre à cette primaire dans le seul but de voter pour le candidat de la gauche, Alain Juppé.

L’autre grand (mauvais) perdant de cette primo-votation est bien entendu Alain Juppé et j’en suis ravi. Rien n’est joué, c’est vrai mais il aura beaucoup de mal à remonter son handicap sauf si la gauche, toujours elle se déplace encore plus massivement dimanche. Je mettrai tout en oeuvre pour faire barrage, via mes vecteurs de diffusion, à la victoire d’Alain Juppé. #SachezLe…

Quand est-il des autres perdants ou candidats malheureux ?

Jean-Frédéric Poisson n’a pas démérité mais il n’avait aucune chance. Je n’ai aucun grief contre lui.

Bruno Le Maire me semble être à la bonne place et c’est tant mieux. Donnons lui rendez-vous dans cinq ans.

Nathalie Kosciusko-Morizet est du même moule que Bruno Le Maire. Elle est bien où elle est et qu’elle y reste.

Jean-François Copé est le dernier de la classe et là je jubile. Qu’il aille se rhabiller. Il m’est insupportable.

 

Le dernier échec et non des moindres est celui des groupies désormais pleureuses. C’est aussi leur dernier combat. Elles ont hurlé et vitupéré toute la soirée et toute la nuit, crachant tout le fiel qu’elles avaient en elles. Allant jusqu’à découper en morceau leur carte des Républicains avec force de photos et menaçant de voter Front National. Là je dois avouer que je me gausse, mais je me gausse… Si Nicolas Sarkozy a perdu, c’est en partie grâce à vous…

Il va sans dire que j’assume entièrement ce point de vue et toutes ses conséquences.

 

Le Colonel vous salue bien

 


Illustration : correcteurs.blog.lemonde.fr

 

 


 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

8 thoughts to “Trois hommes, un coup fin et… des pleureuses”

  1. Voilà,je suis très heureuse de ce résultat.Il y a très que longtemps que je m’étais faite à cet argument pour Monsieur Fillon sans écouter son programme.Mais lorsque je l’écoutais quand il était 1er ministre,je me disais<>.

  2. @ John ! Je crois que vous avez entièrement raison ! Fillon ne sera pas a la hauteur et soumis a la botte des renards de droite qui l’ont poussé afin de contrer Marine pour conserver leurs juteuses combines ……..Et les français vont encore se faire manipuler …..Comme d’hab …..
    Je ne crois pas du tout mais pas du TOUT Fillon de gérer la France dans l’état ou elle est actuellement !

  3. Ce qui est valable pour la droite est valable pour la gauche. Il faut le faire. Ces gens là n’ont hésité pour ce faire à signer la charte des valeurs de la droite. Amicalement

  4. Bonjour Régis
    Vous dites que la gauche s’est rendue en nombre à cette primaire. Je suppose qu’elle ira aussi aux primaires de la gauche. Alors je me pose une question: peut-on vraiment aller voter aux primaires de la gauche alors qu’on a déjà signé sur deux registres pour la droite? Si oui, je me ferai un devoir d’aller brouiller les cartes en janvier.

  5. Tout à fait d’accord avec ce commentaire à 10000/100

    Même idée , même raisonnement et j’espère même conséquence c’est à dire la victoire finale de FILLON que j’ai félicité dès hier soir sur sa boite courriel perso .

    Aucun grief contre Poisson ( lui aussi a été la cible de nombreux réseaux sociaux , et de certains systèmes influents , suivez mon regard !!! )

    Mon deuxième  » chouchou » après FILLON était bien sûr Bruno LEMAIRE , mais trop jeune loup s’attaquant à les renards .

    Je souhaite vivement qu’il trouve un poste dans le gouvernement de FILLON et pourquoi pas le poste de premier Ministre .
    ( je n’irais pas faire de prière car les laïcards crieraient au satanisme )

    indifférence totale envers N.K.M.et sa suffisance .
    Elle qui se croit  » blindée  » depuis qu’elle a eu l’occasion de conduire un blindé léger dans les sables de Djibouti lors de son séjour vacances avec l’école polyt . et surtout depuis quelle copine avec la maire de paris

    Rien de particulier contre COPE ( j’aime les pains au chocolat ).

    Les paroles et discours de SARKO ????

    il aurait dû les avoir au premier mandat !!!!!,

  6. Bonjour,

    Je crois, malgrès cette primaire, que la France vie les prémices d’une crise politique sans précédent, du moins concernant la 5ième république.

    Il me semble que les ingrédients non d’une guerre civile mais d’une guerre démocratique sont réunis:
    – un électorat divisé en 2: les libéraux, pronant notamment le droit de propriété, et les communistes/troskistes/socialistes pronant le collectivisme ( rien n’appartient à personne donc tout appartient à tout le monde … on connait la renguaine ) ;
    – une dette trop grande pour que le pays puisse assumer les différents crises économiques venant de l’étranger ( italie, espagne … ) ;
    – une élite française qui, dans sa majorité ( pour conserver les privilèges qu’ils avaient, enfin je crois ) veut un gouvernement mondiale et un peuple qui veut rester propriétaire de sa terre, de ses entreprises et de ses emplois.
    – des médias nationnaux et régionaux qui décrivent une réalité fausse afin soit de simuler un 4ième pouvoir soit pour l’incarner avec force dès lors que le politique recule ( une photo d’enfant mort sur une plage alors que le corps à été déplacé pour l’image soit plus forte – qu’elle déguelasserie, bordel. )

    Bref.

    Cordialement,
    John.

  7. NKM, la même moule que Bruno Lemaire… Autant aller jusqu’au bout de son humour, Régis. Quant au moins pire des chevaux, Fillon, il a été 5 ans durant la mule de Sarkozy, suffisamment longtemps pour qu’on ne s’y trompe plus. Une mule reste une mule, aussi têtue qu’improductive, juste bonne à porter le bas (je sais, cela s’écrit bât, mais cela ne s’entend pas … à voir ces béotiens qui l’ont pré bâtée.)

Les commentaires sont clos.