Ubu au pouvoir (suite) : drame et décorations

Général (2s) Roland Dubois – Le 12 juin 2019 – Boulevard Voltaire

© D’après l’oeuvre de Pierre Duriot

Trois marins sauveteurs sont morts en se portant au secours d’un pécheur imprudent. On apprend, à cette occasion, que la Société nationale de secours en mer, qui remplit une mission de service public, arme plus de 200 stations de sauvetage le long de nos côtes, achète, entretient environ 150 embarcations de tous types, réalise plus des deux tiers des sauvetages en mer au large des côtes françaises et fonctionne grâce à des personnels bénévoles pour l’essentiel. C’est une association-loi de 1901 qui vit, ou plutôt survit, en grande partie grâce à des dons, legs, et grâce à l’argent du mécénat, donc avec de l’argent privé, la puissance publique n’intervenant qu’à hauteur de 20 % du budget pourtant bien (trop) modeste de 25 millions annuels. On peut s’étonner de la pingrerie de l’État alors que la moindre largesse, y compris au profit de gens qui ne nous sont rien, se traduit par des centaines de millions d’euros.

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.