VIDEO. Qui veut gagner des migrants ?

France 2 – France Télévisions, 

Publié le 13/01/2017 


 

Présenté par Élise Lucet

Entrepreneurs de tout poil, fonds d’investissement, réseaux mafieux… le business des réfugiés enrichit beaucoup de monde. Et tous les coups sont permis. Un reportage diffusé dans « Envoyé spécial ».

Imaginez un monde où les flux de réfugiés représenteraient un vrai marché, avec des centaines de millions d’euros à la clé. Imaginez un homme d’affaires italien soupçonné d’activité mafieuse se vanter de gagner plus d’argent avec les migrants qu’avec la drogue ! Ce monde existe, c’est le nôtre.

Des solutions clé en main proposées à des Etats dépassés

En Europe, des entrepreneurs ont flairé le bon filon. Ils proposent des solutions d’accueil et d’hébergement clé en main aux Etats dépassés par l’arrivée d’un million de personnes en 2015, le flux migratoire le plus important depuis la Deuxième Guerre mondiale.

Du vendeur français de containers au fonds d’investissement ultra-sélect, en passant par d’anciens populistes suédois, le grand business des réfugiés enrichit beaucoup de monde. Ou comment, en quelques mois, l’afflux de migrants est devenu une gigantesque opportunité commerciale où tous les coups sont permis.

Une enquête d’Elise Le Guevel, Elise Menand, Alexis Jacquet, Vincent piffeteau, Emmanuel Lejeune et Benoit Sauvage diffusée dans « Envoyé spécial » le 12 janvier 2017.

 

 


Retrouvez la vidéo ici


Photo de Une : capture d’écran vidéo

 

Source : Envoyé spécial de 12 janvier 2017

 

 


 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

2 thoughts to “VIDEO. Qui veut gagner des migrants ?”

  1. Et quand ces migrants, seront reposés, bien portants grâce à la bonne nourriture européenne reçue gratuitement, et que ces migrants, devenus suffisamment nombreux, il suffira qu’une, deux ou trois organisations secrètes, les approvisionnent en armes et en munitions et l’Europe sera en flammes et presque conquise. Ce ne sera plus « il faut sauver les peuples », puisque ce seront les peuples qui seront d’abord « victimisés ».
    Et les traites « européens » qui auront permis cette conquête des terres européennes chrétiennes, protestantes, orthodoxes, et autres religiosités, jetteront dans les églises, les temples, les synagogues, les pièces d’argent, et même pas d’or, et les cartes de crédit que des « avatars lointains » leur auront crédité sur des comptes en banques improbables et virtuels.
    Nos pères avaient foi en leur franc, nos voisins en leur mark et d’autres dans leur couronne et tout cela sera remplacé par une monnaie venue des sables lointains.
    Bien sûr, rien de cela ne se passera comme cela. La réalité nous rattrapera avant cette fiction. Mais parfois, la fiction dépasse la réalité.

Les commentaires sont clos.