Violences: attention danger !!!

Tempus Fugit…., le 02 mai 2016


 

C’est un excellent billet que je vous recommande aujourd’hui. Retour sur l’histoire du Parti Socialiste jusqu’à son déni de ses propres valeurs fondatrices et surtout des réalités de la France, fille ainée de l’Église. //RO

 


 

Les violences auxquelles nous assistons désormais chaque nuit autour de la Place de la République sont un symptôme grave de la détérioration du tissu social français.

Tout se passe comme si une partie de la Gauche française, qui n’a jamais renoncé à ses pulsions « révolutionnaires », prenant conscience, au fil des années, de l’échec, partout dans le monde, des expériences d’inspiration socialo-communiste, et de la montée irrésistible des idées défendues traditionnellement par les Droites populaires, se préparait à mener un nouveau ( un dernier ???) combat, celui de sa survie au sein de la Nation…

L’Extrême-Gauche a toujours existé en France. Même si nos médias l’ont pudiquement habillée d’un qualificatif moins répulsif : celui de « Gauche de la Gauche ».

Tout comme l’Extrême-Droite que les médias n’hésitent pas à désigner par son nom, en y ajoutant quelques adjectifs destinés à susciter son rejet et une crainte étayée par des exemples choisis dans notre Histoire récente.

Ce qui est nouveau, c’est que l’Extrême-Gauche, entraînant avec elle une partie de la Gauche désorientée par le recul, partout en Europe, de la Social-Démocratie, est prête, pour tenter de survivre à renoncer à des valeurs dont elle fut fondatrice et qu’elle a abandonné à la Droite, et à conclure des alliances contre nature, avec l’islamisme radical pour donner naissance à un nouveau courant, celui del’Islamo-Gauchisme.

L’Historien, -de Gauche-, Jacques Julliard explique fort bien la dérive dangereuse de cette fraction de la Gauche française, amorcée depuis les travaux du Think-tank  « Terra Nova », qui, dés 2012, préconisait le recentrage de la stratégie électorale de la Gauche  vers les jeunes, les femmes et surtout vers les populations immigrées. Cette stratégie avait alors suscité un certain nombre d’analyses critiques.

Hervé Algalar­rondo, rédac­teur au Nouvel observateur faisait ainsi remarquer dans son essai laGauche et la Préférence immigrée (Plon, 2011) : « La gauche d’aujourd hui utilise l’ immigration comme fer de lance, mais a fini par en oublier ceux pour qui elle se battait : les ouvriers »(Fin de Citation).

Pour Jacques Julliard, le goût de la violence et la haine du christianisme ont entraîné une partie de la Gauche vers une  fascination pour l’islam radical.

Cet Historien de Gauche, dont chacun s’accorde à reconnaître la grande probité intellectuelle, s’interroge sur les racines d’un nouvel « islamo-gauchisme »qui se traduit par une indulgence extrême envers des « racailles » qui constituent le noyau dur des « casseurs » qui déchaînent une violence extrême inspirée par les méthodes de guérilla urbaine, contre les forces de l’ordre.

Je le cite : « Il y a un problème de l’islamo-gauchisme. Pourquoi et comment une poignée d’intellectuels d’extrême gauche, peu nombreux mais très influents dans les médias et dans la mouvance des droits de l’homme, ont-ils imposé une véritable sanctuarisation de l’islam dans l’espace politique français? Oui, pourquoi ces intellectuels, pour la plupart agnostiques et libertaires, se sont-ils brusquement pris de passion pour la religion la plus fermée, la plus identitaire, et, dans sa version islamiste, la plus guerrière et la plus violente à la surface du globe? Pourquoi cette étrange intimidation, parée des plumes de la morale? Pourquoi ne peut-on plus parler de l’islam qu’en présence de son avocat? »

Cette question sera dans les temps qui viennent au centre des difficultés politiques auxquelles notre pays va se heurter.


Lire la suite sur https://berdepas.wordpress.com


 

Retrouvez nous sur Facebook Le Colonel Actualités

 


 

 


 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

5 thoughts to “Violences: attention danger !!!”

  1. Souvenez-vous des actions musclées des forces de l’ordre ( qui en avaient reçue les ordres), contre les VEILLEURS .
    Les veilleurs qui sagement debout, ne prononçant aucune parole , mais lisant des livres ( victor hugo; lamartine et autres )
    Les veilleurs debout , espacés , ne crant aucun désordre
    les veilleurs raflés même avant qu’ils ne se mettent en place
    c’est vrai que les veilleurs militaient contre l’abandon de la famille traditionnelle

    Les forces de l’ordre ( se ne sont pas elles qui sont en cause ) mais les donneurs d’ordre ;
    c’est vrai que VALLS étudiant a milité à l’UNEF et c’est ainsi qu’il s’est retrouvé bien placé au parti socialiste

  2. Je viens juste de visionner une vidéo titrée « Chasse aux BLANCS par une bande AFRO-MUSULMANE » et cela se passe à Nantes pendant la manif contre la loi el Khonnerie.

    Il est bon que les petits blancs sachent qui sont vraiment leurs « amis » musulmans…

  3. Ne sommes-nous pas en train d’assister aux prémices d’une prochaine guerre civile ?

  4. Donc en 1934, le part socialiste cheville ouvrière avec les autres partis de gauche, installe le Front populaire pour lutter contre les fachos et l’extrême droite ,mais en prenant une déculottée en 1940,ils ouvrent directement la porte a Mr Hitler.

    Mais aujourd’hui les Français n’y comprennent plus rien c’est l’extrême gauche facho et rouge qui se bat contre la gauche d’extrême droite.

    ! avouez quand même qu’il y à de quoi avoir le tournis

  5. Ce qui me parait le plus affligeant, c’est les hésitations gouvernementales dans les actes pour mettre fin à cette « chienlit » ; d’ailleurs le discours se voulant ferme contraste avec les décisions mal assurées délivrées sur le terrain à des forces de maintien de l’ordre complètement démoralisées. Quant aux commerçants, on ne semble pas en faire cas. Je compare la situation actuelle du bateau gouvernemental, à un certain navire de la marine nationale dans les années 60, qui sous la direction d’un officier de marine très inexpérimenté, très hésitant dans ses ordres, à , par une mauvaise appréciation de la conduite de son bâtiment et de sa vitesse, heurté de plein fouet le quai le long duquel il devait l’amarré. C’était dans un port militaire breton.

Les commentaires sont clos.