Vive la médecine libre !

Le Monde.fr |  • Par Guy Vallancien (Professeur de médecine à l’ université Paris Descartes)

C’est un véritable embryon de National health service à la française que le gouvernement met en place, pas à pas, en lançant sa stratégie nationale de santé. La limitation du montant des honoraires médicaux, le paiement au salaire des premiers jeunes médecins dans les zones dites désertes et le tiers payant intégral ont signé la fin d’un système conventionnel hybride.

A l’hôpital de Lens, le 18 septembre 2013. Pour Marisol Touraine, le projet de loi sur le financement de la sécurité sociale reflète « des réformes structurelles », comme « mettre l’accent sur la chirurgie ambulatoire, valoriser la médecine de premier recours, instaurer le principe du tiers payant contre générique dans les pharmacies ». | PHILIPPE HUGUEN/AFP

La médecine libérale est morte, vive la médecine libérale, la vraie ! Le concept d’un grand service public de santé qui couvre toutes les composantes de la médecine, de la prévention au suivi post soins est donc en voie de concrétisation dans ce plan de santé, concocté à la va-vite, dans le secret, sans en mesurer les conséquences ni les difficultés. Effets d’annonce si chers à la ministre de la santé qui n’en n’est pas à une contradiction près. A peine le plan s’étale-t-il à la « une » de la presse qu’elle s’affole déjà des difficultés à mettre en place une telle ineptie coûteuse et sous productive.

Ce gouvernement aura donc l’entière responsabilité d’une dégradation des soins car, sous prétexte d’un égal accès pour tous, on creusera les inégalités sanitaires, en faisant le lit d’une médecine médiocre pour les pauvres et d’une autre, de qualité, pour les riches. Il suffit de traverser la Manche, ou de voir ce qui se passe en Italie ou le tiers payant intégral existe pour comprendre où nous allons. Des soins de base assurés par des médecins salariés pour la majorité des malades et une médecine par les plus actifs pour les nantis qui pourront s’offrir le juste prix que valent ces médecins et chirurgiens qui oseront quitter la convention sans crier gare. Leur disponibilité et leur compétence seront enfin reconnues à la hauteur de ce qu’elles valent sans aucune aide de l’état ni des caisses d’assurance maladie.

PRIORITÉ À LA MÉDECINE DE PROXIMITÉ

Lire la suite

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :