Actualités, Conflits, Moyen-Orient

Yémen : l’ex-président Saleh tué par ses anciens alliés houtis

198

Texte par FRANCE 24

Le 04 décembre 2017

Avec Reuters et AFP

 

 

La trahison d’Ali Abdallah Saleh ne pouvait pas rester impunie. « La mort de Ali Abdallah Saleh, 75 ans, pourrait constituer un tournant majeur dans le conflit qui ensanglante le pays depuis son départ du pouvoir en 2012. »

 

 

© logo by Pierre Duriot

L’ancien président du Yémen Ali Abdallah Saleh a été tué, lundi, à Sanaa, selon plusieurs sources. Une annonce qui survient quarante-huit heures après la décision de l’ex-chef d’État de mettre fin à son alliance avec la rébellion chiite houtie.

L’ancien président du Yémen Ali Abdallah Saleh a été tué par les Houthis, lundi 4 décembre, ont annoncé ces derniers, avant que l’information ne soit confirmée à France 24 par une source familiale et à l’AFP par Faïka al-Sayyed, une dirigeante du parti de l’ex-président, le Congrès populaire général (CPG).

Selon des sources houthies, la voiture blindée de l’ancien président a été stoppée par un tir de roquette puis l’ex-président a été abattu. Son secrétaire général adjoint au CGP, Yasser al Aouadi, a également été tué, selon plusieurs sources au sein du parti de l’ex-président.

>> À voir : Reportage au cœur de Sanaa, bombardée par la coalition

Des photos et des vidéos, apparemment filmées par des rebelles, ont circulé sur les réseaux sociaux, juste avant l’annonce des Houthis, montrant ce qui semble être l’ancien président, apparemment sans vie, avec une profonde entaille à l’arrière de la tête.

Saleh avait proposé de « tourner la page »

Cette annonce intervient alors que l’ex-président Saleh et les rebelles chiites Houthis ont vu leur alliance, scellée il y a trois ans, voler en éclat au cours de la semaine écoulée.

Des combats font rage entre les troupes fidèles à l’ancien président et les Houthis depuis le 29 novembre dans la capitale Sanaa, que les deux parties rebelles contrôlent conjointement depuis 2014 au détriment du gouvernement internationalement reconnu d’Abd Rabbo Mansour Hadi, réfugié à Aden, dans le sud.

>> À lire : La main tendue à Riyad, un « choix stratégique » de Saleh

Dans un développement spectaculaire, Ali Abdallah Saleh avait tendu la main à l’Arabie saoudite, le 2 décembre, proposant à Riyad de « tourner la page » en échange d’une levée du blocus qui étrangle la population. Les Houthis avaient alors dénoncé une « grande trahison ».

La mort de Ali Abdallah Saleh, 75 ans, pourrait constituer un tournant majeur dans le conflit qui ensanglante le pays depuis son départ du pouvoir en 2012.

Lire la suite sur http://m.france24.com/fr

 

 

 

 

 

About the author / 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l’Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST – Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales – INALCO Paris. Ex-DGSE.

Utilisateurs en ligne

Abonnez-vous à ce blog par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

@LeColonelActus


Archives

Catégories

error: Content is protected !!