«Ils ont une haine de la langue, de l’effort de réflexion»: Sylvie Germain répond aux lycéens qui la harcèlent

Par Alice Develey – Publié le 21/06/2022 – Le Figaro Étudiant

« Ils veulent des diplômes sans aucun effort, se clament victimes pour un oui pour un non et désignent comme persécuteurs ceux-là mêmes qu’ils injurient et menacent ».

ENTRETIEN – Un texte de Sylvie Germain, tiré de son ouvrage Jours de colère (Gallimard), a été proposé aux candidats du bac de français 2022. Sur les réseaux sociaux, les élèves se sont déchaînés sur l’extrait qu’ils ont jugé trop difficile à analyser et ont insulté l’auteur.

LE FIGARO. – Qu’avez-vous ressenti en apprenant que votre texte avait été choisi au bac de français? 

Sylvie GERMAIN. – Je n’avais pas été prévenue, pour préserver la confidentialité de l’épreuve. Lorsqu’on accepte d’être publié et que notre texte devient public, on doit s’attendre à des surprises, bonnes ou mauvaises. J’ai été étonnée, et touchée par le choix d’un de mes livres, et aussi légèrement perplexe devant cet extrait peut-être peu évident hors contexte. Et puis, dès le lendemain, la polémique est arrivée, des lycéens mécontents ont déversé leur colère.

Lire la suite

Quand les « brouteurs » usurpent l’identité de militaires français pour des arnaques sur les réseaux sociaux

Les photos le montrent : Marin Burcea a un physique plutôt avantageux. Et bien qu’il ait quitté la Légion en 2018, au bout de cinq ans de contrat, des photos de lui en uniforme – photos volées en 2017 – circulent toujours. Très largement. Son ancienne unité a fait les comptes : depuis septembre 2020, différentes images de lui ont servi à créer 4 900 faux profils de militaires français, afin d’extorquer de l’argent, très majoritairement à des femmes contactées sur les réseaux sociaux. 

Lire la suite

Réseaux sociaux : tout est bien verrouillé…

Par Isabelle Surply – Le 09 janvier 2021

En ce qui me concerne, je dirais plutôt « Inquiétant. Très inquiétant ». Le « no limit » de notre liberté d’expression vient d’en prendre un sacré coup. À vous de voir. À vous d’agir. À vous de réagir. Je fais pour ma part ce que je peux et, à l’impossible nul n’est tenu. //RO

Illustration Boulevard Voltaire

Deux mondes viennent de rentrer en collision. La crise sanitaire mondiale, nous obligeant à plus “conf’call”, plus de “restez chez vous”, plus de “conférence numérique”, plus de “Pornhub” et de “Click’n Collect”… Et la crise numérique, nous obligeant à nous plier à une pensée unique, celle des propriétaires des réseaux sociaux. Une poignée d’entrepreneurs, qui font la pluie et le beau temps sur l’opinion mondiale, décident, en appuyant sur un seul bouton, que le président actuel de la plus grande puissance mondiale n’a plus le droit de s’exprimer sur leurs plateformes. Une poignée de gars vient de vous dire que votre dernier rempart pour survivre à la crise sanitaire vient de disparaître. Après la censure de Trump sur Twitter, Facebook, Insta et consorts, nous apprenons “par voie de presse sur nos supports numériques” que WhatsApp va changer ses conditions générales et que le RS “Parler” a été totalement suspendu de tout le Net. Le continent numérique entier est verrouillé. C’est fini. Et les continents géographiques sont paralysés, figés par le Coronavirus. Le temps vient de s’arrêter.

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :