Interview avec les militaires ‘anti-vax’: «Je suis un soldat et mon pays ne veut plus de moi car je refuse le vaccin » (PARTIE 1)

T.me/GalliaDaily November 28, 2021

Cette interview est présentée en deux parties.

Ces histoires vont peut-être vous choquer, vous énerver ou vous attrister, en tout cas elles ne vous laisseront sans doute pas indifférent. Ces histoires, ce sont celles de huit français, des militaires honorables et patriotes, qui se sont trouvés face à un choix cornélien qui remet en cause leur engagement : la vaccination COVID 19. Ces hommes et femmes, forgés dans le moule du devoir et de l’obéissance, mais à qui leur carrière a aussi appris l’honneur et le discernement, se trouvent aujourd’hui dans une situation extrêmement compliquée. Certains subissent des pressions, d’autres ont été renvoyés, d’autres se voient menacés par leurs chefs, d’autres doivent se livrer à des activités illégales pour pouvoir continuer à servir leur pays.

En effet, depuis l’été 2021, une série de mesures du gouvernement français a imposé la vaccination obligatoire contre le COVID 19 à un certain nombre de professions, dont les militaires. Si la vaccination contre le COVID a soulevé de profonds débats dans la société civile, très peu de gens sont allés interroger les militaires pour savoir comment est perçu ce sujet dans l’armée.

Pourquoi ce silence ? Que l’Armée ne communique pas sur ce sujet est tout à fait normal. Mais que font les journalistes ? La presse française a-t-elle peur de l’effet que pourraient avoir ces témoignages sur le public ? Effectivement, la population française pourrait commencer à se poser des questions si il apparaissait que beaucoup de militaires, du soldat au général, sont très méfiants sur le sujet de la vaccination COVID.

Gallia Daily a la chance d’avoir des liens privilégiés avec l’institution militaire, avec les militaires eux-mêmes. Nous sommes heureux aujourd’hui de pouvoir donner la parole à certains d’entre eux, afin qu’ils témoignent de ce qu’ils voient, de ce qu’ils vivent, de ce qu’ils observent et de ce qu’ils pensent de tout cela.

Lire la suite

Le pianiste de bordel se surpasse

« L’objet de cet article est seulement d’attirer l’attention sur les méthodes de cette micro-officine, collaboratrice (emblématique mais certainement pas unique) d’une campagne de conviction gouvernementale à but coercitif. »

On avait déjà exposé le 3 juillet l’extrême rapidité de travail de la micro-entreprise de sondages politiquement orientés Odoxa (http://stratediplo.blogspot.com/2021/07/encore-un-pianiste-dans-un-bordel.html), capable de trouver en une nuit, avec force exposés graphiques et statistiques, une justification « démocratique » à une quasi-décision gouvernementale annoncée quelques heures plus tôt. 

L’exploit amenait presque à se demander si cet argumentaire travaillé aux mots soigneusement pesés, en dépit d’un aveu de partialité dans les commentaires du chef de cette jeune micro-entreprise, ne ressemblait pas plus au résultat de plusieurs mois de conception d’une campagne de réclame institutionnelle commandée sur cahier des charges et appel d’offres, qu’au résultat de quelques heures de mise en forme précipitée des résultats d’un interrogatoire téléphonique rapidement improvisé la veille en réaction à la déclaration gouvernementale du jour. On évoquait même son concept particulier (ouvertement assumé) de choisir des sondables aux opinions tranchées sur le sujet étudié plutôt que de devoir traiter avec des pourcentages de « sans opinion » et de demi-teintes, et ses méthodes révolutionnaires décriées dans la profession du sondage d’opinion. 

Lire la suite

Destruction d’un satellite par Moscou : réaction du porte-parole du ministère des Armées

L’espace n’est pas une chasse gardée de la Russie. Par ailleurs, l’attitude du président russe est « une attitude irresponsable, déstabilisatrice et dangereuse« . Et cela dans de nombreux domaines désormais. //RO

Il est vital qu’on garde un usage pacifique de l’espace », a déclaré mardi 16 novembre sur franceinfo Hervé Grandjean, porte-parole du ministère des Armées, après la destruction par les Russes d’un de leurs satellites au cours d’un tir d’essai, qui a engendré des débris menaçant la Station spatiale internationale« C’est une attitude irresponsable, déstabilisatrice et dangereuse », a-t-il estimé, rejoignant les propos de la ministre des Armées Florence Parly qui a dénoncé un peu plus tôt « les saccageurs de l’espace. »

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :