Éric Dupond-Moretti : le bidasse en folie

Publié le 09 octobre 2020

Tout cela pour en venir à la proposition du ministre de la Justice, qui persiste et signe, d’encadrer militairement certains mineurs ou jeunes majeurs délinquants. En juillet, Éric Dupond-Moretti avait lancé une première salve. La seconde vient d’arriver. Plus précise, cette fois-ci, puisqu’il vient d’évoquer, sur le plateau de Bourdin, un entretien qu’il aurait eu avec Florence Parly, ministre des Armées, ainsi que l’idée d’un « partenariat » entre les deux ministères. L’ancien avocat explique qu’« actuellement, l’armée accueille des jeunes, souvent déshérités. Elle leur propose une formation, ils sont payés, et à l’issue de la formation, on offre le permis de conduire au gamin. »

Lire la suite

Purger les traditions religieuses au sein des Armées : voilà l’idée de quelques députés

Par Michel Janva – Le 12 août 2020 – Le Salon Beige

La Mission d’information sur l’évaluation des dispositifs de lutte contre les discriminations au sein des forces armées, menée par quelques députés gauchistes de la France Insoumise, LREM, PS et Modem, vient de publier son rapport. Les militaires resteront-ils muets ? Les députés se désolent des traditions religieuses, nombreuses, au sein des armées et demandent le respect de la laïcité…

Certaines traditions, comme les fêtes patronales (Éloi, Geneviève, Barbe, Michel, etc.), sont censées souder les soldats autour de codes, de valeurs et de symboles communs. À propos de l’opportunité de supprimer ou de laïciser ces fêtes, « il y a une réponse ministérielle, qui fait droit à ces fêtes d’armes compte tenu notamment de la réalité de l’histoire et de leur dimension culturelle. En pratique, personne n’est jamais obligé à poser un acte religieux en tant que tel », a assuré l’aumônier en chef du culte catholique. La valeur historique de ces symboles justifierait leur présence dans l’apprentissage des soldats, « à condition qu’ils soient remis dans leur contexte », ont précisé les membres du CSFM. Les rapporteurs observent que beaucoup de ces saints-patrons n’ont été « confirmés » qu’à partir des années 1980. À l’époque, il aurait peut-être été judicieux de choisir de se référer à des grandes batailles militaires ou à des anciens glorieux, plutôt qu’à des saints catholiques pour instaurer des fêtes dans les Transmissions, le Commissariat ou l’aviation légère de l’armée de terre.

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :