La France championne du trouillomètre à zéro

Magnifique réquisitoire. J’applaudis des deux mains ce texte de Jean-Pierre Pélaez publié sous le titre original : « La petite France de la trouille sous Macron ». //RO

En ces lendemains d’une fête nationale des plus sinistres, jamais les Français n’auront eu aussi peur. Fini le temps de la Garde impériale qui mourait mais ne se rendait pas, fini les héros de la Résistance et du plateau des Glières. Aujourd’hui, les Français ont peur, cachés sous le canapé, ils vivent dans la trouille orchestrée par le Président Macron. Le trouillogène, l’anxiogène, le « poissophore », le mortifère en chef… Ils ont peur, même de leur ombre, même de l’ombre d’un virus qui a fait cent mille fois moins de morts que la grippe espagnole, et bien moins que le cancer !

Lire la suite

Vu de Suisse, l’autoritarisme de Macron est surréaliste

« Le «chef qui sait cheffer» est une figure qui plaît à droite. N’oublions pas que tout ceci s’inscrit dans la perspective des élections présidentielles de mai 2022 ». Pensez-vous sincèrement qu’Emmanuel Macron est chef qui sait cheffer ?

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement. L’information a néanmoins un coût, n’hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

Les annonces d’Emmanuel Macron le 12 juillet à la télévision française ont instauré un nouveau ton: obligation vaccinale pour les soignants, pass sanitaire partout dès 13 ans, spectre de la vaccination obligatoire pour tous à la rentrée. Une reprise en main qui a provoqué un certain effarement à la rédaction de Heidi.news, tant les méthodes et la culture suisses sont différentes. Annick Chevillot, responsable du flux santé, et Yvan Pandelé, journaliste scientifique au flux santé, en discutent.

Lire la suite

Quand le Sage montre la lune, les idiots regardent le doigt…

Je trouve que dans les dernières propositions du quinquennat Macron, on trouve souvent le préfixe exprimant la réitération (refaire), le retour à un état antérieur (recourber), le renforcement (repenser), etc. alors que durant 4 années, on était dans le DÉ-1, DÉS-, DES-, préf. Préf. … dis-, formateur de nombreux termes composés, notamment de verbes, servant à modifier le sens du terme primitif en exprimant l’éloignement, la privation, la cessation, la négation, la décomposition, la destruction de qqc., l’action ou l’état contraire, inverse. C’est terriblement affligeant car une fois encore, les idiots vont regarder ce que montre Macron au lieu de regarder ce que je leur prouve. //RO

Emmanuel Macron veut profiter de l’amélioration de la situation sanitaire pour relancer la « modernisation » du pays

Dépendance, « garantie jeunes », travailleurs indépendants, retraites… Alors qu’il est visé par les oppositions sur les sujets régaliens, le chef de l’Etat entend reprendre la main grâce à des réformes économiques et sociales. 

Par Alexandre Lemarié Publié aujourd’hui à 04h53, mis à jour à 13h37  

Lire la suite

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :